Richard HARTMANN
du forgeron au roi de la locomotive ! 

par Christian SCHMITTHEISLER 

Richard Hartmann est né le 8 novembre 1809 à Barr, où son père tenait une boutique de cordonnier. Il fut baptisé le 12 novembre. Le boulanger Johannes Dietrich, le tanneur Samuel Kleinmann, Maria Eva Zimmermann, épouse du tanneur Johannes Rath et Anna Maria Brunner épouse du chapelier Georg Friedrich Dietz, furent ses parrains et marraines. 
 

Dès son plus jeune âge, il a fait preuve d'un esprit et d'un sens très vif. Il apprend le métier de serrurier ou plus exactement de taillandier (Zeugschmied) auprès du maître Georg Dietz, à Barr.
 

Après avoir fréquenté l'école à Barr et Lunéville, suivant la coutume de l'époque, il part en compagnonnage le 19 juillet 1830. Son périple le mènera par Strasbourg et Wissembourg en Alsace, puis en Allemagne à Karlsruhe, Heidelberg et Mannheim. 
 

Au cours de ses pérégrinations en Thuringe, il rencontre en 1832 à Iéna, son compatriote Georg Samuel Apffel, qui souhaite s'installer à Chemnitz. Apparemment, la description de la ville saxonne par Apffel a éveillé la curiosité de Hartmann, car en mars 1832, il est arrivé à Chemnitz, en passant par Greiz et Zwickau.

Richard Hartmann 1809 - 1878

L'installation à Chemnitz

 

Il a trouvé son premier hébergement, avec deux « Thalers »  en poche, dans l'auberge "Zum Schwartzen Bär" de la Klostergasse et son premier métier dans la plus grande entreprise de construction mécanique de l'époque, Carl Gottlieb Haubold, qui employait déjà 200 personnes. En peu de temps, Hartmann a fait son chemin jusqu'à devenir un professionnel reconnu.
 

En 1837, Hartmann et Franz Carl Iling, qu'il avait rencontré chez Haubold, fondent leur propre atelier à Annaberger Straße 539a et commencent à y réparer des machines à filer avec trois collaborateurs. Très vite, ils se mettent à fabriquer leurs propres machines à filer.
 

Il s'est fait connaître par l'invention de la "Continue", une carte de pré-filature, pour laquelle il a ensuite déposé un brevet et reçu la "Goldene Preismedallie" du gouvernement saxon.
Dans le cercle de ses compagnons de corporation, Hartmann est connu comme étant jovial, sociable, buveur et toujours prêt à faire de bonnes farces. Il n'est donc pas surprenant que son nom soit également connu dans les milieux des dames de Chemnitz. 

 

Il fait connaissance avec la fille de l'aubergiste Wilhelm Oppelt et s’en éprend. Le mariage avec Bertha Auguste Oppelt est célébré le 11 octobre de la même année et 2 fils et 2 filles sont nés de cette union.

La production de machines à vapeur

En 1840, Hartmann se sépare d'Illing et s'associe avec le marchand August Götze. Comme la maison d'habitation et l'atelier ne répondaient plus aux besoins, l'atelier a été transféré au 35 Augustusurger Straße. Ici, une «Göpel», machine à vapeur de 17 chevaux est déjà utilisée.
 

Avec le début de la production de machines à vapeur, de nouveaux locaux de production sont à devenus nécessaires. C'est ainsi qu'entre le 5 et le 10 juillet 1841, l'entreprise déménage dans la "Klostermühle", plus spacieuse, à l'emplacement de l'actuelle Commerzbank et du quartier de maisons voisin de la future Hedwigstraße.
 

Le canal de l'ancien moulin du couvent permettait d'utiliser la force hydraulique pour entraîner les machines-outils. Un moteur à vapeur de 12 CV de la propre production de l'entreprise complétait la technique d'entraînement.
 

En 1842, 200 ouvriers étaient déjà employés dans l'entreprise.
Götze et Hartmann se séparent en 1843 et Hartmann continue à diriger seul l'entreprise.

 

Après un incendie le 29 août 1845, Hartmann  déplace une partie des ateliers dans ce qui était alors la Leipziger Strasse, aujourd'hui Hartmannstrasse. Petit à petit, il y étend son activité, des deux côtés de la rue.
 

1855 voit le début de la construction des turbines, des machines-outils ainsi que d’équipement d’excavation pour les mines. On y trouve six machines à vapeur de 150 ch et 540 machines auxiliaires. Le nombre d'ouvriers d'usine s'élève à près de 2000.
 

Si Richard Hartmann est connu en dehors de Chemnitz aujourd'hui, c'est sans doute principalement en raison de son activité de construction de locomotives. Il n'était pas le premier en Saxe à se tourner vers cette industrie. Avant lui, Andreas Schubert d'Übigau, Carl Gottlieb Haubold et August Rabenstein, tous deux de Chemnitz, se sont essayés à la construction de locomotives.
 

Pour se préparer à la production de locomotives, Hartmann, ainsi que le futur chef de ce nouveau département, l'ingénieur Theodor Steinmetz, entreprennent un voyage en Angleterre en 1845. Le but de ce voyage était non seulement d'acquérir une expérience pratique mais aussi d'acheter les machines de production nécessaires.

Richard Hartmann et son épouse Bertha

bild-5.jpg

Maschinenfabrik Götze & Hartmann 1840-1842

Bild-6.jpg

Maschinenfabrik Götze & Hartmann 1842-1845

La fabrication de locomotives

 

Le 1er juillet 1846, après une demande au roi de Saxe, il obtient un prêt de 30 000 « Thalers » pour lancer la production de locomotives et acheter les machines indispensables. Les ateliers sont constamment agrandis et adaptés aux nouvelles exigences : en 1846, une fonderie de fer et une nouvelle forge sont construites.
 

La construction de la première locomotive a commencé en 1847 et s'est achevée en janvier 1848. Chemnitz ne disposant pas de liaison ferroviaire à l'époque, la locomotive a été partiellement démontée, chargée sur des charrettes tirées par des chevaux et transportée à Leipzig. Après le montage et un essai le 5 février 1848, la locomotive "GLÜCKAUF" a été remise aux chemins de fer de l'État de Saxe-Bavière. Six autres machines ont suivi jusqu'en septembre.
 

Les locomotives de Hartmann étant de valeur égale à celle des locomotives anglaises et étant également beaucoup moins chères, les chemins de fer royaux saxons ont désormais acheté la majorité de leurs locomotives à Chemnitz.
L'achèvement de la 100e locomotive, qui devait également porter le nom de "HUNDRED", a eu lieu le 18 avril 1858 et le 3 juin 1878, la 1000e locomotive fut achevée. L'expansion constante de l'usine s'est accompagnée d'une augmentation de la production. Le hall construit en 1867 permettait la fabrication de 100 locomotives par an.

 

Hartmann qui était à la tête de l'entreprise depuis de nombreuses années, soutenu par ses fils Richard et Gustav et par son gendre Keller, a fait de son usine une entreprise mondialement connue et réputée. Ses machines de toutes sortes ont été reconnues comme des références et ont été primées dans toutes les expositions (Paris, Londres, Berlin, Dresde, Leipzig)

Bild-8.jpg

La première locomotive Hartmann

1024px-Hartmann_Maschinenhalle_1868_(01)

Les ateliers

La société par actions

 

Au printemps 1870, un comité a été constitué pour former une société par actions avec cinq branches : Une usine de locomotives, une usine pour machines-outils, une usine pour les machines à vapeur, une usine pour les machines à filer et une usine de métiers à tisser et d'équipements de tissage. Le capital social a été fixé à 2,5 millions de « Thalers ».
 

Richard Hartmann a pris la présidence du conseil de surveillance de la société par actions et le 1er avril 1870, l'entreprise a pris le nom de Sächsische Maschinenfabrik AG, Chemnitz.

bild-10.jpg

Sächsische Maschinenfabrik AG Chemnitz, vers 1878

Une fin brutale

Le 14 décembre 1878, Richard Hartmann a été victime d’une attaque cérébrale. Sans reprendre conscience, il est mort le 16 décembre dans sa villa de Chemnitz.
 

Ses funérailles ont eu lieu avec une grande participation de la population et de hauts dignitaires des autorités royales et municipales au cimetière de Johannis. Après la fermeture du cimetière, les dépouilles mortelles ont été déplacées dans la ville nouvelle, sur le site de l'Union européenne le 2 juin 1904 au nouveau cimetière de la Reichenhainer Straße dans une tombe familiale. Le monument funéraire, créé par Johannes Schilling, montre un buste de Richard Hartmann entouré de deux anges.
 

Grâce à son esprit de pionnier et à son engagement, l'entrepreneur Richard Hartmann a façonné de manière décisive la ville de Chemnitz pour qu'elle devienne une métropole industrielle. Son héritage, la «Sächsische Maschinenfabrik vormals Richard Hartmann AG», a longtemps été la plus grande entreprise de construction mécanique de Saxe. 
 

Une vingtaine de ses locomotives sont conservés dans divers musées en Pologne, au Danemark et à Chemnitz et la ville à donné le nom de Richard Hartmann à une artère importante de la ville, à une école technique (BSZ für Technik III - Richard Hartmann Schule) et à son palais des sports.

20121115115DR_Dresden-Laubegast_Villa_Ha

La maison familiale de Richard Hartmann à Chemnitz

800px-Grab_Richard_Hartmann.jpg

 La tombe de la famille Richard Hartmann au cimetière municipal de Chemnitz

Un enfant de Barr

Lors de sa séance du 12 mai 1884, le conseil municipal de Barr, réuni sous la présidence du maire Richard Dietz, a adopté la résolution suivante : 


"A la demande de son Président,

Considérant que le Conseil Municipal, dans sa séance du 10 mars 1884, a décidé la numérotation de toutes les maisons de cette ville, et qu'il paraît donc opportun de donner également des noms convenables à quelques nouvelles rues qui sont actuellement encore sans appellation,
 

Considérant en outre que ce serait d'abord une œuvre de reconnaissance que de donner à la «Neugasse», dans laquelle est né le 8 novembre 1809 l'éminent ingénieur mécanicien Richard HARTMANN, décédé à Chemnitz le 16 décembre 1878 (maison n° 17 du côté gauche), le nom de cet homme illustre, qui occupe une place si remarquable dans le domaine de la construction mécanique, en reconnaissance des grands services qu'il a rendus à sa ville natale par diverses donations substantielles, le conseil décide à l'unanimité que le nom Hartmannsgasse soit ajouté à Neugasse."


Ainsi, ses concitoyens honorèrent sa mémoire en donnant son nom à sa rue natale et le Club Vosgien dénomma «Hartmannsbroennel» la fontaine en contre-bas du petit kiosque entre la M. F. Moenkalb et le château du Landsberg.
II est regrettable qu'après 1918 un chauvinisme outrancier ait débaptisé la rue Richard Hartmann, car ce dernier, décédé trop tôt, était certainement étranger aux entreprises de l'Allemagne Wilhelmine ou Hitlérienne. Cette injustice a été réparée depuis.

 

Il n'a jamais oublié sa ville natale et ses origines et est toujours resté une personne charitable et socialement engagée. Il a notamment contribué en 1852 avec 250 Marks à l’achat des orgues de la nouvelle église protestante de Barr et légua à sa mort 16.000 Marks (la valeur de plusieurs immeubles) à l'hôpital de Barr.
 

En toutes hypothèses, Barr peut être fier d'avoir vu naître Richard Hartmann.

Bild-2.jpg

La maison natale de Richard Hartmann, rue Neuve à Barr

s-l1600.jpg

Plus de 4000 locomotives ont été produites par la marque

L’héritage industriel

Gustav, le deuxième fils de Richard Hartmann, prend la direction de la Sächsische Maschinenbau AG Chemnitz en 1870, puis la présidence du conseil de surveillance à partir du 1er janvier 1881, fonction qu'il exercera jusqu'à sa mort.

 

Après la guerre franco-allemande, le volume des commandes a augmenté à tel point que les installations de production, la fonderie, l'atelier de chaudronnerie ont encore dû être agrandis en 1872/73.

Quelques années plus tard, la production de locomotives a connu un certain déclin et pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise des salariés ont été licenciés vers 1875.

À la recherche de nouveaux marchés, Gustav Hartmann se rend en Extrême-Orient et en Amérique du Sud en 1883 et pendant son séjour en Russie, il a constaté un grand besoin en locomotives.

Après avoir surmonté les obstacles bureaucratiques, et obtenu une garantie d’achat de 240 locomotives, il fonde une usine de machines russes Hartmann  à Lougansk[1] le 3 mai 1896. La plupart des équipements nécessaires ont été fournis par Sächsische Maschinenfabrik AG et Lauchhammer AG et en 1904, 600 locomotives avaient été construites.

En 1889, la fabrication de machines frigorifiques a été lancée à Chemnitz, l'accent étant mis sur la fabrication de machines textiles.

À la fin du XIXe siècle, les besoins en locomotives augmentent à nouveau. Le 10 août 1894, la 2000e fut achevée et douze ans plus tard, le 1er mars 1906, la 3000e.

La nouvelle fonderie a été construite sur Limbacher Strasse dans le quartier d'Altendorf en 1896/97 et était considérée comme la plus grande fonderie d'Allemagne centrale.

 

[1] aujourd'hui Louhansk , Ukraine)

Gustav Hartmann.jpg

Gustav Hartmann 1842-1910

Son oeuvre humaniste

Richard Hartmann était déjà préoccupé par les conditions de vie de ses employés vers 1860. il a notamment créé une caisse d'assurance maladie et accident permettant aux travailleurs de percevoir un revenu en cas d'absence pour maladie ou accident du travail.

Il a également alloué des bourses aux étudiants méritants et légué des sommes conséquentes aux écoles et lycées techniques. 

Edouard Keller, gendre de Richard Hartmann et directeur de la SMF à l'époque, a fondé la «Home Foundation» en 1884. Un site de 51 200 m² sur la Beyerstraße a été acheté, transféré à la fondation et la construction de bâtiments résidentiels a débuté.

En 1911, 47 maisons avec 121 appartements à loyer modéré avaient été construites pour ses salariés. La cité a été classée et fait partie intégrante du paysage urbain.

La cité Hartmann.jpg

La cité ouvrière Hartmann à Chemnitz

L'expansion de l'entreprise se poursuit

Afin de suivre la production en constante augmentation, le 1er avril 1911, la Sächsische Maschinenfabrik a repris l'ancienne usine de Wiedsche de la Hannoversche Maschinenbau-Actien-Gesellschaft, anciennement Georg Egestorff, en tant que succursale pour la fabrication de machines de préparation de filature et cardage.

 

Le 24 juin 1912, l'entreprise a célébré son 75e anniversaire par une «grande cérémonie». Dans l'usine principale d'une superficie totale de 126 000 m², il y avait 116 bâtiments et ateliers différents. La fonderie d'Altendorf était l'une des plus grandes d'Allemagne avec 125 000 m².

Pour produire de l'énergie, des moteurs à vapeur et des turbines à vapeur d'une puissance totale de 6 000 ch ont été installés dans la propre centrale électrique de l'entreprise.

500 cadres et 5 000 travailleurs étaient employés dans l'entreprise.

 

La Sächsische Maschinenfabrik disposait de 59 agences dans les centres industriels les plus importants, 31 en Allemagne et 28 à l'étranger pour la vente de ses produits.

Richard Hartmann a mis en place une brigade volontaire de pompiers d'entreprise après l'incendie destructeur du 17 juillet 1860, au cours duquel de grandes parties de l'usine ont été détruites, avec une compagnie de près de 100 pompiers et un équipement complet qui  intervenaient aussi à l'extérieur de l'entreprise.

L'usine en 1909.jpg

Les usines de Chemnitz en 1909

La chaudronnerie en 1900.jpg

L'atelier de chaudronnerie

La Grande Guerre

 

Avec le début de la Première Guerre mondiale, les livraisons de locomotives à l'étranger se sont arrêtées, de nombreux clients étant parmi les opposants de l'Allemagne. 2000 ouvriers avaient été enrôlés dans l'armée en 1915.

Dès 1848, la fabrique de machines de l'époque, Richard Hartmann, avait reçu une commande pour fabriquer 20 000 fusils à culasse mobile et percussion par aiguille. Grâce à son bon équipement technique et à ses capacités de production, l'entreprise a été un partenaire privilégié pour l'attribution des contrats d'armement. En plus des grenades, des mines, des lance-mines et des canons, des cuisines de campagne, des wagons couverts et des wagons de munitions, 82 tracteurs à vapeur ont été fabriqués pour l'artillerie et 49 locomotives d'un écartement de 600 mm ont été construites pour la Heeresfeldbahnen.

Malgré les activités pour l'armée, le développement de la production s'est poursuivi. En 1915, la construction de pipelines et de machines à coke a commencé.

Le 9 mars 1918, la 4000ème locomotive est remise à la Königlich-Sächsische Staatseisenbahn. C'était la locomotive à vapeur express la plus puissante d'Europe à l'époque et la seule locomotive à vapeur composite à quatre coupleurs et quatre cylindres jamais construite en Allemagne. Avec la désignation «Sachsenstolz», elle représente le point culminant de l'ingénierie des locomotives saxonnes.

La production pour l'armée.jpg

L'entreprise produit des chariots de transport de munitions et des cuisines roulantes de campagne

Sachsenstoltz.jpg

La "Sachsenstoltz", la locomotive la plus puissante d'Europe

Au sommet de son activité

En 1920, par exemple, la SMF loua les ateliers d'artillerie des anciennes usines d'armement saxonnes, l'arsenal de Dresde, et élargit ses capacités de production en 1921 grâce à une fusion avec Walter Löbel AG.

La même année, la fusion avec le König-Friedrich-Augusthütte à Freital-Potschappel a lieu. Le nombre d'employés dans toutes les usines s'élevait désormais à 10 420 personnes.

 

Un témoignage visible de ces succès fut l'agrandissement du bâtiment administratif sur Chemnitz Hartmannstrasse en 1922. Une aile a été ajoutée au bâtiment existant, le portail d'entrée a été déplacé au centre de la façade et deux paires de statues plus grandes que nature - des forgerons et des fondeurs - ont été ajoutées.

Le siège social.jpg

Le déclin

En raison de la situation économique mondiale en 1923/24, la situation des commandes se détériore de plus en plus. Lorsque la Deutsche Reichsbahn-Gesellschaft a été fondée, les priorités de la construction de locomotives étaient en Prusse. Lors de l'attribution du contrat par le comité des locomotives, dans lequel la SMF n'a obtenu qu’une faible part de commandes, la Sächsische Maschinenfabrik a perdu son principal client.

 

Le déclin de l’entreprise devait rapidement suivre. En 1926, la construction de machines-outils a été abandonnée, l'espace loué dans l'arsenal de Dresde a été délaissé et la construction de machines textiles a été transférée à Chemnitz.

En 1928, la SMF n'employait que plus que 2 800 travailleurs. La production de locomotives a cessé en 1929, avec une petite locomotive diesel à deux essieux.

Entre 1848 et 1929, 4611 locomotives ont été fabriquées dans l'usine fondée par Richard Hartmann.

Le 8 avril 1930, le conseil d'administration a proposé la liquidation de l'entreprise à l'assemblée générale, avec la possibilité de maintenir la construction de machines textiles.

Exactement 100 ans après l'arrivée de Richard Hartmann à Chemnitz, la démolition de l'usine a commencé en 1932.

 

Le bâtiment administratif a été acquis par l'État et remis à la police, qui y a installé son quartier général. Il ne subsiste aujourd’hui qu’un seul bâtiment industriel qui semble promis à la démolition.

Le siège social devenu quartier général de la police

Le dernière atelier de fabrication de lo

Le dernier atelier de construction de locomotives

La loco Diesel.jpg

La loco à moteur diesel, dernier modèle produit par l'entreprise en 1929

L'hommage à l'homme et
​à son 
œuvre

Ainsi s’achève l’aventure industrielle de Richard Hartmann, un capitaine d’entreprise hors pair qui a profondément façonné et marqué l'histoire de sa ville d’adoption. 

Chemnitz n’a pas manqué de célébrer le 200e anniversaire de sa naissance de 22 août 2009. Lors d'une cérémonie solennelle, une plaque de bronze a été dévoilée dans la gare principale, pour commémorer le travail de l'ingénieur et l’industriel.

Le 18 juin 2009, la Ville de Barr lui a accordé le titre de citoyen d’honneur et a donné son nom à l’une de ses rues (au tout début de la route de Sélestat, près du passage à niveau.)

Plaque commémorative.jpg

Plaque commémorative en gare de Chemnitz

Sources :

European Route of Industrial Heritage

Journal de Barr
Photos : Sächsisches Eisenbahnmuseum