top of page

Le Messti de Barr

Sources : Journal de Barr

Traduction Christian SCHMITTHEISLER

Fondé en 1909 par une soixantaine de commerçants, artisans et aubergistes, le Syndicat d’initiative se préoccupa en octobre 1911 de lancer un Messti à Barr. Conçu comme une manifestation destinée à favoriser le commerce local, ce messti n’a pas les racines paysannes et folkloriques de ceux de nos villages d’Alsace.

Au mois de mars 1912, les délégués des associations locales (Musique, gymnastique, chorales, vignerons, vélo-club, pompiers etc.), retiennent les dates des dimanches 7 et 14 juillet et du lundi 15 juillet.

La fête se déroula en pleine ville, sur la place et dans la cour de la Mairie, et débordait dans la rue du Dr Sultzer où étaient installées des montagnes russes. Au matin du 7 juillet, un grand cortège, composé de toutes les sociétés locales sillonna les rues de la cité pavoisées, ornées de guirlandes et branches de sapins, pour aller remettre le «Messti Lebkuchen» au Maire et à ses adjoints. Cette tradition persiste encore de nos jours.

L’après-midi, un second défilé, plus court, se rendit de la gare à la mairie. Chaque société se produisit devant un nombreux public et le bal commença à 16h. Le soir, la Mairie fut illuminée au gaz (l’électricité n’arriva qu’en 1921). Le 2e dimanche, le programme fut identique (sans les défilés) et le lundi, les Barrois vinrent danser après leur travail à partir de 18h et jusque très tard dans la nuit.


Dès sa première édition en 1912, le Messti comprenait une fête des enfants qui s’est déroulée le 1er dimanche à 14h. Les enfants participaient à des jeux (Wurstschnappen, Topfschlagen, Eierrennen, Pipeleskäsessen…) et étaient récompensés par des cadeaux offerts par le syndicat d’initiative (saucisses, chocolat, pain d’épices etc.)

Messti.jpg

Le premier Messti de Barr en 1912

La tradition, qui était déjà bien ancrée, fut interrompue par la grande guerre, mais dès juillet 1919, le Messti de Barr eut à nouveau lieu dans la joie de la France retrouvée. La fête fut particulièrement appréciée et réussie, d’autant que les cérémonies furent rehaussées par un grand défilé militaire qui se déroula au matin du 14 juillet, rue de la promenade et place de l’ancienne gare, sous la haute autorité du Général Vandenberg.

Dans cette page, à travers les articles publiés à l’époque par notre Journal de Barr, nous allons vous conter quelques épisodes de notre Messti, qui fit le bonheur des petits et des plus grands depuis maintenant plus de 100 ans ....

1919 - Le quatrième Messti de Barr
La première fête nationale française à Barr

Dimanche 13, dimanche 20 et lundi 21 juillet, nous fêterons le Messti dans notre ville. Son organisation est à nouveau confiée à notre syndicat d'initiative. Ce fait à lui seul nous promet à nouveau des journées festives réussies, car lors des précédentes éditions - toutes très réussies et encore présentes dans nos mémoires - le syndicat d'initiative a démontré qu'il savait organiser et préparer des fêtes. D'après ce que nous avons appris, l'association s'efforce cette année encore de faire du Messti une véritable fête populaire, à laquelle chacun d'entre nous ne doit pas seulement se sentir heureux et se réjouir de tout cœur après la longue et douloureuse période de guerre, mais aussi à laquelle nos parents et connaissances, qui sont habituellement invités à ces journées selon l'ancienne coutume alsacienne du Messti et qui, cette année encore, se réjouiront sans doute d'y participer, parce que c'est l'année de la paix, nous serons peut-être encore plus nombreux que les années précédentes à participer à nos journées de kermesse, et les visiteurs de nos villages voisins et d'ailleurs devraient aussi trouver leur compte et ramener chez eux - comme lors de nos kermesses précédentes - les meilleurs souvenirs de notre fête et de notre petite cité. C'est pourquoi chacun d'entre nous a le devoir de participer, de faire la fête, comme cela a toujours été le cas lors de nos précédentes éditions, afin que le Messti de cette année soit ce que nos autres Messti ont été : avant tout une fête populaire.

Fête populaire

Notre ville doit à nouveau se parer de ses habits de fête. C'est pourquoi le syndicat d'initiative mettra à nouveau des branches de sapin à la disposition de tous ceux qui souhaitent décorer leurs maisons avec ces branches ou des couronnes. Le lieu et l'heure de la distribution seront communiqués ultérieurement. Ensuite, c'est à nouveau le moment de sortir les drapeaux ! Pour notre Messti d'aujourd'hui, ils portent des couleurs tout à fait différentes, beaucoup plus belles et plus joyeuses que par le passé, et c'est pourquoi les aspects de nos rues se distingueront d'une manière tellement plus sympathique. Le programme des journées de la kermesse - toutes les associations locales ont à nouveau confirmé leur participation à la fête - sera publié dans le prochain numéro.
Cette année, notre Messti doit être d'autant plus beau et festif qu'il constitue en même temps le cadre de la fête nationale qui doit être célébrée le lundi 14 juillet dans tout le pays comme une grande fête de la paix. Pour la première fois cette année, notre ville célèbre le

Quatorze Juillet

L'organisation de cette journée et de cette fête est confiée à un comité spécial qui travaille en étroite collaboration avec le comité du Messti et qui met tout en œuvre pour faire de cette journée ce qu'elle doit être : notre journée nationale, notre fête nationale. Nous publierons également dans le prochain numéro le programme établi pour cette journée.
Nous sommes donc à la veille de grandes fêtes. Nous sommes certains qu'elles se dérouleront à merveille, car notre Barr a toujours su célébrer ses fêtes et, cette année encore, il a toutes les raisons et toutes les motivations de les célébrer de manière particulièrement solennelle et festive.


JdB du 09/07/1919

1919 annonce Messti.jpg
1919 - Le 1er Messti français

1919 - Le quatrième Messti de Barr


Les belles journées du Messti sont maintenant passées. Les moments de kermesse n'étaient pas seulement beaux par ce qu'ils nous offraient, ils l'étaient aussi par le temps qu'il faisait. Le vieux dieu de la météo a été indulgent avec nous, bien que nous ne soyons pas particulièrement bien vus là-haut, dans le saint des saints. Une vieille légende raconte en effet que lorsque le diable était en train d'offrir le monde entier au Seigneur Jésus, qu'il essayait de se prosterner et l'adorer, il s'est soudain arrêté, a réfléchi un moment, puis a dit : "Attends, je dois encore faire une petite exception. Je ne veux retenir de la terre que ce que l'ombre de ma jambe peut recouvrir actuellement". Et à ces mots, il aurait étendu sa jambe, de sorte que l'ombre de celle-ci se serait posée juste au-dessus de notre Barr.
"Il aurait poursuivi en disant : "Je ne peux pas te céder ça, car c'est un héritage que je tiens de ma grand-mère". C'est ainsi que nous avons lu ces jours-ci dans un recueil de textes alsaciens et, au vu d'une telle réputation (une consolation pour nous, que les mêmes jours existent aussi pour d'autres lieux en Alsace) et en souvenir du temps pluvieux lors d'un de nos précédents Messti, nous avions tout de même des craintes quant aux conditions météorologiques de cette année et l'annulation possible du Messti.

 

Mais malgré la riche grand-mère du diable, malgré les longues et grosses jambes que le diable devait avoir pour couvrir de son ombre notre chère petite ville, les conditions météorologiques et le Messti n'auraient pas pu être plus beaux. Comme le premier dimanche, les deux derniers jours du Messti ont été marqués par une véritable atmosphère de fête jusqu'aux premières heures du mardi matin. La piste de danse, certainement assez large et spacieuse, s'est avérée presque trop petite. Ainsi, la plupart du temps, il ne s'agissait presque plus de danser, mais seulement de se pousser et d'avancer. Mais c'était quand même agréable ! Demandez à tous nos concitoyens et à nos amis, petits et grands, jeunes et vieux, ils ne diront certainement pas le contraire !


La palme revient à notre club de gymnastique "Olympia" avec ses belles démonstrations artistiques du dimanche midi sur la piste de danse. Dommage que l'espace autour de l'estrade ait été trop étroit et que tous ceux qui étaient venus pour suivre les démonstrations n'aient pas pu en profiter. Notre société de gymnastique a montré qu'elle était encore à la hauteur; bravo à son chef infatigable et à son président par intérim ! Ce qu'ils ont répété et présenté avec leur joyeuse troupe de gymnastes mérite vraiment de recevoir une mention spéciale.


Pour notre jeunesse, le Messti a connu son apogée le lundi midi lors du bal des enfants. Quelle joie et quelle agitation pour ces jeunes gens ! Personne n'aurait laissé le petit garçon et la petite fille bouder leur plaisir. En effet, le Messti n'a lieu qu'une fois par an et les cinq dernières années, il a dû être annulé. Pour beaucoup de petits participants, c'était le premier Messti de leur vie. C'est avec un enthousiasme évident que la jeune troupe a chanté la Marseillaise au son de la musique, et qu'elle s'est accompagnée à voix haute dans ses pas de danse au rythme de la polka entraînante de la Madelon. Les paroles étaient justes, sauf qu'ils étaient plus pressés que notre musique de danse inlassable et au rythme soutenu.

 

Une surprise non prévue au programme a été réservée à ce petit monde lorsqu'un membre du comité du Messti, pour calmer un peu leur impatience de monter sur le Carrousel, leur a fait distribuer des "chicks". Ils auraient en effet aimé prendre le Carrousel d'assaut tous ensemble une fois leur bal terminé. Mais les sucreries reçues de manière si impromptue les ont calmés, ils avaient maintenant de nouvelles occupations et distractions jusqu'à ce que ce soit leur tour d'aller au Carrousel. Et une fois qu'ils étaient assis en haut du Carrousel, leurs petits visages rayonnaient de fierté et de plaisir. Les moments de joie dont ils pouvaient profiter maintenant n'étaient que pour eux, rien que pour eux. Ils le savaient et nous aussi, les grands, nous devrions le savoir, leurs regards et leurs expressions nous le disaient. Et là où les jeunes se sentaient joyeux et heureux, les anciens, qui avaient discuté avec eux, ne voulaient pas être en reste.

A peine les jeunes avaient-ils quitté le Carrousel que déjà les musiciens et les pompiers s'asseyaient dessus, les musiciens à cheval entonnaient leurs joyeuses valses et ils partaient en tournoyant avec les aînés pour le plus grand plaisir des jeunes gens qui se trouvaient en bas et dont la fête était ainsi terminée.


En résumé, le Messti de cette année a été une nouvelle fois une parfaite réussite, qui a pleinement récompensé les nombreux efforts que sa préparation a demandé aux membres du comité directeur de notre syndicat d'initiative, et en particulier à son secrétaire. Le succès financier, qui profite à la collectivité, en particulier à notre monde des commerçants, doit également être satisfaisant.


Maintenant, après la grande joie et les nombreux plaisirs, le calme est revenu dans notre ville. Le quotidien a repris ses droits. Après toutes ces festivités, il est temps de se remettre au travail; le pays a besoin de notre travail à tous et peut compter sur nous !


Jdb du 23/07/1919

1919 Messti (6).jpg

Le défilé chemine dans les rues pavoisées

1919 Messti (2).jpg

Toutes les associations sont de la fête

1919 Messti (4).jpg

Le bal bat son plein dans la cour de la mairie

1921 - Le Sixième Messti de termine tragiquement

1921 - Messti et canicule

La fête du Quatorze Juillet,


s'est déroulée sous les meilleurs auspices. Il faut saluer l'initiative de notre société de musique "Union Musicale" de débuter la journée de fête par un concert matinal sur la place des pommes de terre. L'affluence de cette belle animation prouve que cette idée a été largement appréciée. Et ce que nos musiciens ont offert sous la direction artistique et enthousiaste de leur chef d'orchestre, Monsieur Emile Herrmann, valait vraiment la peine d'être vu. Cela mérite d'autant plus d'être salué si l'on se rend compte des conditions particulièrement délicates qu'a connues notre société musicale depuis sa reconstitution après la guerre. On ne peut qu'admirer ce que sa présidence et son chef d'orchestre ont réussi à faire de l'association, au prix d'un travail infatigable, en dépit de toutes les difficultés et de toutes les adversités. Le concert du Quatorze-Juillet a montré notre musique barroise à la hauteur de la tâche qu'elle s'était fixée, et cela doit combler de fierté tout amateur de musique et tout barrois. C'est pourquoi les applaudissements ne manquèrent pas et on pouvait voir sur le visage de chaque spectateur qu'il les accordait avec plaisir, parce qu'ils étaient amplement mérités. Nous pouvons nous abstenir de faire une critique détaillée du concert, il nous suffira de mentionner brièvement qu'après le concert, on n'a entendu partout que de la satisfaction et des louanges sur la belle prestation offerte par nos musiciens. Si notre société de musique continue sur sa lancée, dans la même perspective et au même rythme que maintenant, elle ne tardera pas à se faire entendre aux côtés de ses homologues qui se sont déjà fait connaître.
Si le Quatorze-Juillet fut ainsi dignement inauguré par notre société musicale, la fête se poursuivit l'après-midi à 3 heures par le bal populaire organisé par notre conseil municipal dans la cour du château, auquel notre jeunesse en particulier et également nos aînés, participèrent dans une ambiance des plus joyeuses, tout au long de l'après-midi torride, et jusque très tard dans la nuit. La veille déjà, notre municipalité avait réservé une surprise à la jeunesse en offrant un gros petit pain à chaque écolier. De plus, le soir de la fête, notre municipalité avait fait illuminer le bâtiment de la Mairie. Ainsi, le Quatorze-Juillet s'est déroulé dignement dans notre petite ville, qui était pavoisée pour l'occasion.

Meßti 1921 et canicule

Le sixième Meßti de Barr est à présent terminé. Le dernier dimanche a dignement succédé à son valeureux prédécesseur, le premier dimanche de la fête. Le véritable soleil de juillet, qui a fait couler plus d'une perle de sueur sur le front pendant la semaine de la fête, a également fait preuve de sa vigueur dimanche dernier. Dès le matin, l'Union Musicale a accueilli la fanfare de Nieder-Jeutz[1] à la gare et s'est dirigée vers les jardins ombragés de l'hôtel "Zum Bühl" au son de joyeuses marches, sous l'ardeur du soleil saharien. Malgré cela, le double concert offert par les deux associations musicales a attiré une foule nombreuse. Tous ceux qui n'ont pas craint la chaleur et qui sont montés pour assister au concert ont pu profiter d'une heure agréable, car les deux formations ont donné à tour de rôle de magnifiques morceaux de leur répertoire, et ont encouragé les musiciens de la matinée à s'exprimer avec force. Après le concert, les participants descendirent joyeusement vers la ville, où ils accompagnèrent l'association musicale de Nieder-Jeutz au restaurant "Zum Tivoli". Là, les invités de notre "Union Musicale" qui avaient réservé leur repas de midi, se sont déclarés très satisfaits de ce qui leur avait été servi. Les invités de Nieder-Jeutz, visiblement ravis de l'accueil chaleureux de la population locale et de l'Union Musicale, ne manquèrent pas de donner en chemin une belle sérénade à son président, le Dr G. Wagner. Agréablement surpris par cette attention, il invita à son tour les participants à prendre un rafraîchissement à l'hôtel "Maison Rouge", ce qu'ils acceptèrent volontiers. Au chef d'orchestre de la musique de Nieder-Jeutzer, Monsieur Charles Sohn, natif de Barr, nous adressons nos compliments à ses musiciens. Il les dirige avec dynamisme et peut se faire apprécier avec ce groupe.

L'après-midi et la soirée ont été consacrées à la frénésie du Meßti et au plaisir de la danse. 42 degrés de chaleur et de la danse. Quel délice ! Et les gorges étaient assoiffées ! Nos restaurateurs ont certainement eu une bonne journée.

Le lundi du Meßti, une forte averse a d'abord rafraîchi l'atmosphère. Et ce fut une bonne chose, même si la fête des enfants a dû être légèrement retardée. La joie de nos enfants était à nouveau immense à l'occasion de leur kermesse avec ses danses spécifiques et le temps leur a semblé trop court lorsqu'ils ont été invités à se rendre au carrousel. Le soir, les adultes étaient à nouveau sur la brèche. Ils profitèrent largement de la fête, qu’ils ne quittèrent que vers 1 heure ½ du matin. Ainsi, cette année encore, notre Meßti s'est parfaitement déroulé. Notre syndicat d'initiative peut en tout cas être satisfait du succès qu'il a rencontré.

Mort subite : Madeleine Frey, originaire de Barr et âgée de 40 ans, est soudainement tombée à terre lundi soir alors qu'elle dansait sur l’estrade de notre Meßti. On crut d'abord à un malaise et les gendarmes présents tentèrent immédiatement de la réanimer. Le médecin appelé sur place devait malheureusement constater que la femme avait succombé à une crise cardiaque.

JdB du 20/07/1921

 

[1] Commune de Basse-Yutz en Lorraine.

1919 Messti (1).jpg
1921 annonce messti.jpg
1921 annonce couronne.jpg
1921 annonce tivoli.jpg
1923 - Messti et cavalcade

1923 - Le huitième Messti et une grande Cavacade

Pour sa 8e édition, il fallait faire mieux que les années passées, offrir de nouvelles animations à la population locale et attirer de nouveaux visiteurs dans notre petite cité. En effet, depuis l’après-guerre, les villages voisins avaient eux aussi repris leurs activités associatives et leurs animations : Andlau, Mittelbergheim, St-Pierre, Bourgheim, Heiligenstein, Goxwiller, Gertwiller organisaient tour à tour leur Messti et autres bals associatifs, sans compter les bals saisonniers et soirées de bienfaisance pour financer la construction de leur monument aux morts.

C’est au mois d’avril que le syndicat d’initiative, en charge de l’organisation du Messti, eut l’idée de réunir les commerçants et artisans, ainsi que les associations locales, afin d’organiser une grande cavalcade, à l’instar de celles que les Barrois avaient connues en 1899 et 1901 et dont tous les témoins avaient gardé un excellent souvenir.
Malgré quelques réticences, le projet fut adopté et les participants furent régulièrement réunis dans différents restaurants de la ville. L’idée fit son chemin et la population offrit une large adhésion à ce projet, à un point tel que les dernières réunions se sont tenues en public dans la salle de spectacles du Tivoli. Les commerçants, les artisans firent des dons en matériel pour la confection des chars, les viticulteurs offrirent du vin, et quelques établissements industriels, principalement des brasseurs strasbourgeois, apportèrent leur soutien financier. Une vente de papillotes offertes par un confiseur local eut également lieu et permit de recueillir 335 Frs, une somme rondelette pour l’époque. Les restaurateurs proposèrent des menus de fête à l’occasion de ce grand événement. 
Le détail du cortège a été publié dans un programme spécialement édité pour l’événement : un défilé de 40 chars et groupes musicaux , folkloriques, associatifs ou corporatifs (1) est annoncé et les viticulteurs offriront le vin lors du bal de clôture de la journée festive !

Comme prévu, la fête commence par une visite de l’Union Musicale au domicile de son Président, le Dr G Wagner, qui après une allocution de circonstance, a décoré 3 de ses musiciens, à savoir le sous-chef F. Ulmer et les membres de l'association H. Rohrer pour 33 ans de service et Ad. Meyer pour 15 ans de service.
Après cette cérémonie, un cortège constitué de la musique en tête, suivie de 8 dames de Krautergersheim et de Meistratzheim dans leurs beaux costumes traditionnels, puis d'une calèche avec des jeunes filles chargées d’offrir le Messtilebkuchen et enfin le comité de notre syndicat d'initiative, se rend chez Monsieur le Maire et ensuite chez Monsieur l'Adjoint Ledig pour leur remettre, comme de coutume, le traditionnel pain d'épices marquant ainsi l’ouverture officielle du Messti.
Peu après midi, la musique s’est à nouveau rassemblée pour accueillir à la gare les sociétés de musique invitées à la cavalcade. Un accueil chaleureux leur est réservé, avant de se rendre en cortège festif au jardin public (2), où le vin d'honneur avait été préparé. Cinq membres du comité de notre syndicat d'initiative avaient gracieusement offert leurs crus barrois - 250 bouteilles au total - qui trouvèrent tous leurs amateurs à l'ombre des arbres. Après les allocutions de M. A. Haas, président du syndicat d'initiative, et du Maire H. Baumhauer, les différentes formations musicales ont joué à tour de rôle jusqu'au moment de rejoindre le cortège. 

Le défilé s'est mis en marche à l'heure dite. La tête du cortège s'est arrêtée chez Monsieur le Maire (3), où se trouvait également Monsieur le Sous-Préfet Bastier : notre "Union Musicale" y a donné une sérénade.
Notre Journal de Barr ne tarit pas d’éloges pour décrire ce cortège et l’enthousiasme qu’il a déclenché. Selon ses propos, on n’a jamais rien vu de tel à Barr ! L’artisanat et le commerce de Barr ont accompli de belles réalisations en 1923, à l'occasion de leur cavalcade. Il ne saurait être question d’évaluer ou de noter les différents chars, tant leur réalisation témoigne de leur création par des mains artistiques et habiles. Il serait si long et difficile de les décrire, que le journal craint que sa «plume» ne puisse être assez fidèle et éloquente pour traduire la splendeur du spectacle qui a été offert aux innombrables curieux. L'artisanat et le commerce de Barr, ainsi que nos associations, ont montré ce qu'ils sont capables de faire et ont pleinement mérité la reconnaissance et les louanges qui ont retenti dans toute la région depuis la cavalcade. On était déjà certain que si Barr organisait quelque chose, ce serait une réussite, mais personne ne s'attendait à ce que la cavalcade soit aussi brillante!
Le meilleur jugement a été rendu par les nombreux spectateurs, qui ont déclaré à l’unanimité : : "C'était beau, vraiment beau, digne d'être présenté dans n'importe quelle grande ville!


Toutefois, un léger incident devait émailler le passage du cortège : dans la montée de la rue des cigognes, la maquette de notre château d’Andlau, portée par le char des viticulteurs, s’est affaissée. Bien vite, les bénévoles se sont portés sur place avec des échelles et, aidés par des spectateurs, ont réussi à rétablir le fragile équilibre de l’édifice. Voilà un beau signe de l'esprit de concorde qui animait tous les Barrois à l'occasion de la cavalcade! Et il faut encore parler des nombreux et sympathiques donateurs de toutes les bonnes bouteilles qui étaient ensuite offertes aux innombrables visiteurs assoiffés ! Dans quelle autre ville alsacienne peut-on trouver un tel sens de la fête et de la convivialité?
Le travail préparatoire a parfois été difficile et les sacrifices consentis ont été grands, mais le succès a récompensé ces efforts. Les 10 000 (4) visiteurs extérieurs que les différents trains ont transportés le soir vers leur domicile, tous les nombreux habitants des villages voisins qui sont venus nous rendre visite, tous n'ont pas tari d'éloges sur les moments de fête qui leur ont été offerts. Ils s'en souviendront toujours avec plaisir.
Après la cavalcade fort réussie, le divertissement du Messti a débuté et s'est poursuivi jusqu'au petit matin du lundi. 

Le lundi après-midi a été consacré à nos jeunes. Sur le Spielbudenplatz , les tout-petits et les plus grands ont pu participer à partir de 4 heures à différents concours pour enfants. Les jeux ont été suivis d'un cortège jusqu'à la place de la Mairie, où les enfants ont pu danser avec frénésie. Le soir, l'animation habituelle du Messti a repris.


Le dernier dimanche du Messti a commencé par un concert matinal bien suivi de notre "Union Musicale" dans les jardins de l'hôtel "Zum Bühl". Nos musiciens ont une fois de plus fait preuve de leur talent et ont reçu des applaudissements nourris et mérités pour leurs magnifiques prestations. Monsieur F. Kaetzel a également reçu des salves d'applaudissements, tout aussi méritées, pour ses excellentes interprétations vocales. L'après-midi, à 3 heures, les festivités du Messti ont repris et se sont poursuivies jusqu'au "Meßti Kehraus" . (5)


(d’après le JDB du 18 et du 23/07/1923)

1901 Cavalcade.jpg

Les cavalcades de 1898 et 1901 avaient laissé un souvenir impérissable aux Barrois et alentours.

1923 Messti 2.jpg

La maison Wingert participe au cortège avec sa dilligence

Le cortège est somptueux : Les sociétés ont rivalisé d'adresse et d'imagination

(photos Mme Jean Degermann-Simon – collection privée)

1923 Parcours cavalcade.jpg

Le parcours détaillé du défilé

(l'avenue des Vosges n'existe pas encore en 1923)

1923 Messti 3.jpg

Le char des viticulteurs avec le château d'Andlau

Fritz KAETZEL.jpg

Fritz Kaetzel, le ténor Barrois, a enchanté le public venu l'applaudir au Bühl

(1) Les musiques de Sélestat, Bernardswiller, Epfig et Klingenthal avaient donné leur accord.
(2) Englicher Garte : le jardin anglais qui se situait rue de la promenade
(3) Le Maire habitait rue du Dr Sultzer
(4) Le nombre des visiteurs a certainement été surévalué par notre JdB !
(5) Spielbudenplatz :Place de l’ancienne gare
(6) « Kerhaus » signifie la fin du bal

1924 - Le neuvième Messti et un "Auto-Corso"

   Après le grand succès de la Cavalcade de 1923, notre syndicat d’initiative décida d’innover une nouvelle fois : l’attraction de la manifestation serait un Auto-Corso, autrement dit un cortège composé de voitures automobiles. Il est vrai qu’à l’époque, le passage de l’un de ces engins pétaradants et rutilants de cuivres, attirait la curiosité et l’émerveillement des passants. Sitôt dit, sitôt fait, et à l’issue d’un appel au peuple, ou plutôt un appel à nos notables et nos industriels qui n’étaient que quelques-uns à posséder un tel trésor, un cortège constitué de quinze voitures auquel un Gertwillérois et deux Epfigeois s’étaient joints, fut constitué. L’ordonnancement du cortège fut confié à M. Fergus Daeschler, garagiste de son état.

   Le Messti de 1924 fut inauguré le 6 juillet et commença par le rituel de la remise du Messtilebkuchen aux autorités locales. Un cortège composé de la musique, des dames d’honneurs, des dames et de couples de paysans de Geispolsheim en costume régional et accompagnés du comité du syndicat d’initiative s’est rendu chez M. le Maire et ses adjoints pour leur rendre les honneurs et leur remettre le traditionnel pain d’épices. Le Maire Baumhauer, sensible à l’hommage qui lui était rendu et au bouquet qui lui fut remis par les dames de Geispolsheim, souhaita un grand succès au Messti et à son comité d’organisation. Le cortège se rendit ensuite chez le président de la musique, le Dr. G. Wagner qui avait élu domicile à la villa «Les Lilas» rue du général Vandenberg.

1924 annonce Messti.jpg
1924 - Messti et Auto-Corso
Messti-1928.jpg

Les voitures ont été richement décorées. Il est difficile d'identifier le modèle exact mais il pourrait s'agir d'une De Dion Bouton modèle ID de 1921 appartenant certainement à M. Fergus Daeschler.

Geispolsheim costumes.jpg

Les dames de Geispolsheim sont réputées pour leurs beaux costumes traditionnels et leurs coiffes rouges.

L’après-midi, le grand cortège automobile s’est constitué quai de l’abattoir dans l’ordre suivant :

1.    Sapeurs

2.    Vélo-Club Barr

3.    Union Musicale

4.    Compagnie des Sapeurs-Pompiers Barr

5.    Voiture du Comité (M. le Dr. G. Wagner Barr)

6.    Voiture du Comité (M. G. Zeysolff Gertwiller)

7.    Société de Gymnastique «La Liberté» Barr

8.    Cercle Choral Barr

9.    Voiture de M. F. Daeschler Barr

10.  Voiture de M. Gaston Levy Barr

11.  Voiture de M. A. Reisacker Epfig

12.  Voiture de M. J. Michel Barr

13.  Société de Gymnastique «Olympia» Barr

14.  Chorale de Barr

15.  Voiture de M. A. Haas Barr

16.  Voiture de M. A. Klein Epfig

17.  Voiture de M. J. Fellner Barr

18.  Voiture de M. G. Acker Barr

19.  Cercle de Gymnastique Saint-Martin Barr

20.  Voiture de M. M. Meyer Barr

21.  Voiture de M. A. Allmendinger Barr

22.  Voiture de M. A. Moïse Barr

23.  Voiture des Dames de Geispolsheim (M. E. Wilhelm Barr)

24.  Voiture des Vétérans 1870/71

Pour éviter tout accident et faciliter le travail d’ordonnancement de M. Daeschler, le secteur avait été interdit aux curieux et tout particulièrement aux enfants.

Le défilé a ensuite cheminé dans les rues de Barr, soulevant l’enthousiasme des nombreux curieux. Il est vrai que des mains expertes avaient pris soin de décorer les voitures, les transformant en véritables œuvres d’art. Notre Journal de Barr, qui ne manque pas de se montrer enthousiaste et dithyrambique quant à l’ambiance qui régnait tout au long du parcours, souligne néanmoins que les nombreuses fêtes organisées alentours créaient une concurrence certaine, ce qui laisse supposer que la fréquentation n’avait pas été celle escomptée par le comité organisateur.

Le succès était bien entendu au rendez-vous, et participa grandement à la renommée de notre cité qui par l’organisation de ce défilé automobile voulait se montrer à la pointe du progrès.

Le Messti sur la place de la Mairie et ses attractions et le bal furent ensuite inaugurés dans la joie et l’allégresse.

Le lundi suivant, les enfants eurent leur Messti avec une participation très active de nos jeunes et une très bonne fréquentation des adultes. Toutes sortes de jeux ont permis aux petits de se mesurer les uns aux autres en termes de rapidité et d'agilité. Les vainqueurs ont été récompensés par des prix offerts en grand nombre par des amis de la jeunesse. Après les joutes sur la place de l'ancienne gare, les jeunes se sont rendus en cortège serré, musique en tête, dans la cour du château, sur la piste de danse, où ils ont pu danser pour clore la fête. Le soir, le Messti a connu la même animation, la même joie et le même plaisir jusque très tard dans la nuit.

1924-Messti 2.jpg

Les voitures sont transformées en oeuvres d'art.

(photo Mme Jean Degermann-Simon – collection privée)

Un hommage

Le 2e dimanche du Messti, notre Union Musicale a débuté la journée par un hommage. Elle s’est rendue, drapeau en tête devant le domicile de Monsieur Frédéric Haller dans la rue des Boulangers afin de donner l’aubade à cet homme de 90 ans, encore alerte de corps et d'esprit, qui fut en 1862 co-fondateur et membre actif de longue date de notre association musicale. En présence de la présidence de l'association et d'une délégation de l'office du tourisme, les dames d’honneur ont remis un magnifique bouquet de fleurs à M. Haller, visiblement ravi, après quoi le président de l'association musicale a évoqué dans une allocution les mérites de M. Haller au sein de l’association et l'a nommé membre d'honneur de la société.

Concert en matinée, à l'hôtel Bühl

Après cet hommage mérité, la société de musique s'est rendue au son d'une marche joyeuse à l'hôtel Bühl, où elle avait programmé un concert. Sous les magnifiques tilleuls ombragés du vaste jardin de l'hôtel, un si grand nombre de mélomanes étaient présents qu'il n'y avait déjà plus de place libre bien avant le début du concert. Tout le monde a suivi avec plaisir les prestations de qualité de notre "Union Musicale" et a salué chaque interprétation par des bravos retentissants et bien mérités. Nos musiciens ont eu du pain sur la planche ce jour-là, et encore plus sous la chaleur tropicale. Mais ils ont su le faire avec brio et se sont tous distingués, sans exception. Nous leur rendons hommage ici, car ils méritent cette reconnaissance. Après le concert, l'Union Musicale est redescendue en ville, suivie par un grand nombre de spectateurs pour rejoindre le Messti qui battait son plein place de la Mairie.

7 Buhl.jpg

Les jardins ombragés du Bühl offrent un cadre idyllique au concert du dimanche matin

1923 Messti (3).jpg

La fête bat son plein place de la Mairie

(Photo Blumer)

... à suivre !

bottom of page