La libération de Barr et de ses environs

par Christian Schmittheisler

Gertwiller 27 et 28 novembre 1944

A l'aube du 27, la colonne du 25e, précédée par le peloton de jeeps et de véhicules blindés M-8 du lieutenant Compton, s'éloigne de Schirmeck.

 

Le temps a changé, le ciel est clair, l'aube gris ardoise est parsemée de rose alors que le soleil se lève à l'Est du côté de l'Allemagne.

 

Derrière les véhicules de reconnaissance se trouvent les énormes chars medium, peints en mat, du 1er peloton de la compagnie A-25 du lieutenant Jesse Tomey (capitaine Thomas H. Lasater), sur lesquels sont montés des fantassins de B-62, puis le reste de la compagnie A-25, les canons d'assaut de la compagnie du quartier général (commandés par le lieutenant John R. Martin), et le reste du bataillon.

P 58.jpg

La colonne est entrée dans Obernai et les civils ont indiqué au sergents Edwin N. Winge et Bernard D. Schmaltz, dans la jeep de tête du 94e, que l'ennemi était à Goxwiller, la localité suivante. La colonne avançait lentement vers Goxwiller sur l'étroite route alsacienne, le long des douces collines, entre les champs détrempés et en jachère. Les hommes de la reconnaissance ont repéré un barrage routier à l'entrée du village, et le signalement a été communiqué au lieutenant Tomey. Il envoya le Sgt Nolan P. Wesson, avec une section de chars moyens, pour le détruire. Wesson se heurta à des tirs de mitrailleuses et de mortiers, mais il fit sauter le barrage avec ses canons de chars et le 500e bataillon d’artillerie blindée en soutien commença à tirer sur Gertwiller, le village voisin de Goxwiller, pour couper la retraite aux Allemands.
 

Les chars d'assaut de pointe roulèrent prudemment à travers Goxwiller, puis vers Gertwiller.
A deux cents mètres de Gertwiller, les véhicules de tête arrivèrent sur un autre barrage routier, défendu par des mitrailleuses. Les canons des chars de Wesson firent sauter les nids de mitrailleuses, mais cette fois, le barrage était trop important pour des canons de 75 MM et il ne put le détruire. Martin a posté ses obusiers de 105 MM et a ouvert un passage pour les chars. Les chars progressent dans la ville, tirant au fur et à mesure. Un pont a été détruit, mais Tomey a trouvé une une voie de contournement et a fait passer son peloton.

 

Les hommes du B-62 mirent pied à terre, ôtèrent leurs lourds manteaux et leurs outils de retranchements, se sont chargés de grenades à main et de munitions : lentement, prudemment, la compagnie entrait en ville en colonne de sections, le long de la rue principale. Les éléments avancés ont atteint l'extrémité du village et ont commencé à mettre en place une défense de périmètre.

Les hommes de la 2e section, C-125, les ont suivis pour installer une passerelle. Puis les sapeurs ont découvert que l'ennemi avait inondé une rue qui pouvait servir de voie de contournement et, sous le feu, le Sgt Robert Lewis, Tec/5 Bernard Latowski, Corp. Warren C. Shelley, Pfcs. Ralph Breedlove, Harold I. Stutz, et Ernst Haber commencèrent à déblayer les débris qui bloquaient l'eau. 


Le ciel s'assombrit et au soir juste avant le crépuscule, le 25e a reçu l'ordre de sécuriser Gertwiller pour la nuit. Les Allemands procédaient à des tirs d'artillerie et de mortiers intermittents sur la ville et alors que les chars d'assaut ont reçu l'ordre de se regrouper, dans la lumière déclinante. Juste au crépuscule, un canon antichar allemand à grande vitesse de 88 mm soigneusement camouflé a tiré à bout portant et a touché le char du lieutenant Tomey trois fois en l'espace d'un souffle : le lieutenant Tomey et le Tec/4 Porter C. Tucker ont été tués. Le Sgt Wesson a ordonné au peloton de se retirer et l'enfer a commencé à se déchaîner pour le 25e.


Le char de Wesson a été touché et immobilisé : Wesson et le Tec/4 James W. Mitchell ont été commotionnés, et le reste de l'équipage (Sdt Eloy Ortiz, Sdt Clarence G. Deighton, et le Corp. Eugene Podraza) les a mis en sécurité. Le char du sergent Ray Taylor a été touché par le même 88, mais l'équipage s'est mis à l'abri et le sergent Warren F. Roberson a dévié son char à temps.
Tout Gertwiller était en flammes et en action.

Les fantassins montés sur un char Sherman à Schirmeck

M7 Priest 105 mm Howitzer.jpg
Obusier automoteur de 105 mm

Le pont sur la Kirneck au bas de la rue principale est rétabli. La Colonne prend la direction de Saint-Pierre

Les Allemands ont dynamité le pont sur la Kirneck. Les charges ont mal été posées : le pont à résisté mais toutes les maisons environnantes ont été soufflées par l'explosion

Les fantassins des B-62 couraient de maison en maison, se précipitant dans les rues sombres et juste éclairées par les explosions, de porte en porte, lançant des grenades et se jetant au sol. Le grondement des canons des chars, trois fois plus fort dans l'obscurité, résonnait dans la nuit.

Gertwiller était plein d'Allemands, cachés dans les maisons et les caves, et maintenant ils commençaient à tirer : les mortiers allemands frappaient sans cesse et les tireurs d'élite abattaient les hommes un par un.

Les tankistes de la section du lieutenant Robert S. Walton tiraient des obus de 75 aussi vite qu'ils pouvaient les charger dans la culasse. Le sergent Levi Wood a repéré un tireur d'élite derrière une cheminée et lui a tiré une salve de HE[1]. Le sniper et la cheminée ont été pulvérisés.

Au bout de quelques heures, la situation s'est calmée.

L'officier de ravitaillement du 25e, le lieutenant Morris Wax, commença à faire circuler du carburant et des munitions dans la ville. Les hommes de la première section épuisés se replièrent et les fantassins se dirigèrent vers les avant-postes. (La 2e section, C-125, a fait ses premiers prisonniers lorsque deux Allemands se sont rendus au Pfc Cleobule Trahan).

Le lieutenant Lloyd T. Sexton, chirurgien du bataillon, à un kilomètre de la colonne avec ses ambulances et ses jeeps, reçut un message radio indiquant que le bataillon subissait des pertes et se retira pour installer son poste de secours dans la cave d'une maison à Obernai. Dans la soirée, le nombre de blessés augmenta tellement que le poste de secours dut être transféré à l'école d'Obernai.

 

[1] HE : obus hautement explosif.

Le calme à Gertwiller n'était que temporaire et à 3 h 30, les tirs d'artillerie qui étaient en train de s'abattre se déchaînèrent soudainement dans une nouvelle sauvagerie. Le "brrrrrrr" caractéristique de la mitrailleuse allemande à tir rapide[1], les "roteuses", fendit l'obscurité. L'infanterie allemande, en grand nombre, s'était infiltrée dans les avant-postes et se trouvait en bordure de la ville et l'enfer se déchaîna à nouveau. (Le soldat Preston Snowden du 125e s'est rendu compte que l'ennemi s'était infiltré alors qu’il était dans la rue pour prendre un bidon d'essence. A cet instant une mitrailleuse lui a tiré dessus par l'arrière et il s'est soudain rendu compte qu'il ne savait pas où était l'ennemi : il était exactement là où il pensait que ses propres troupes se trouvaient). Le char du Sgt Woods a été touché à présent et a été récupéré plus tard sous le feu par le Sgt Dawson D. Hightower et son équipage. L'attaque allemande étant trop forte et l’ordre de se retirer dans les maisons de Gertwiller a été donné.

(Tec/3 Joseph R. Maiorana, 62e Medic, est allé chercher une ambulance et est revenu avec l'ambulance et les chars; il a été tué portant secours aux blessés et a été recommandé pour le DSC.

Pour l'infanterie, le retrait fut plus facilement ordonné qu’il ne fut réalisé. Les patrouilles allemandes étaient parvenues à traverser les lignes; les tirs de mitrailleuses ennemies, rasants et meurtriers, coupaient la surface de la terre en une nappe de mort intermittente; les tirs d'artillerie et de mortier augmentaient régulièrement leur intensité. Les hommes étreignaient la terre dans l'obscurité glaciale; on pouvait les entendre pleurer, crier, prier. (Et, au milieu du chaos, le Tec/5[2] Donald Horton se tournait vers le soldat William J. Van Hisa et disait : "Il fait froid, n'est-ce pas ?")

Les hommes attendaient la fin de la rafale d'une mitrailleuse, se levaient et tiraient dans l'obscurité totale à l’endroit où les éclairs de la mitrailleuse avaient jailli, puis replongeaient au sol alors que l'ennemi ripostait à trente mètres à peine. Les mortiers de 60 MM du B-62 tiraient à une distance de 200 mètres; les manutentionnaires apportaient des munitions, les infirmiers parcouraient le front homme par homme. Il a fallu trois heures pour sortir de ce trou infernal, en exfiltrant un homme à la fois, en rampant, dans l'obscurité, pour revenir en ville, en portant des munitions, des armes. Les soldats se sont réfugiés dans les fermes françaises, se sont affalés sur des chaises, sur des tables, sur le sol, ont allumé une cigarette, ont cherché des copains ("Où est Johnny ? Vous avez vu Johnny ?" "Je ne l'ai pas vu depuis...") et passèrent une nuit terrible; les 2e et 3e sections avaient supporté le poids de l'attaque; maintenant les sections antichars et la 1ère section se retranchaient; alors que le premier éclat de grise lumière pointait à l’est, l'ordre vint de se replier sur Goxwiller. Les 2e et 3e sections ont formé des lignes d'escarmouche; les 1ère et 3e sections antichars les ont dépassées (chefs de section : 1ère section lieutenant William Lanier; 2e section lieutenant Bernard McNally, vétéran du théâtre du Pacifique; 3e section lieutenant Robert Peoples; section antichar, lieutenant William Suenkel, également vétéran du Pacifique; commandant en second, lieutenant John Wheeler). L'ennemi s'était complètement infiltré dans la ville, et les hommes de A-25 et de B-62 durent riposter à Goxwiller.

 

Le lieutenant Robert S. Walton de A-25 couvrait le retrait de l'infanterie avec ses chars; ils étaient déployés le long de la route, tirant sur les maisons de Gertwiller où les Allemands s'étaient installés, et tirant sur les flancs où les Allemands avaient installé des mitrailleuses pour arroser les routes. Les mortiers allemands ont pilonné les routes pour piéger les hommes qui battaient en retraite. Les fantassins, peu familiers de la ville, se perdaient dans les ruelles effrayantes et meurtrières; les artilleurs restaient à leurs canons qui claquaient pour couvrir leurs camarades en retraite jusqu'à ce que les grenades ennemies les arrêtent. Un sniper a tiré une salve entre le Tec/5 Basil Devilbiss et le Tec/5 Roland Kaiser du 125e, et un canon de char l'a abattu.

 

[1] La Maschinengewehr 42 allemande, plus connue sous son code de nomenclature « MG42 » est considérée comme l'une des meilleures mitrailleuses de la Seconde Guerre mondiale avec uen cadence de tir de 1200 à 1500 coups/mn.

[2] Le technicien de cinquième grade (abrégé en T / 5 , TEC5 ou TEC-5 ) était un soldat qui possédait un technicien de l'armée des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale . Ceux qui détenaient ce grade étaient qualifiés de caporal , bien que souvent appelés «caporal technologique». Les techniciens possédaient des compétences spécialisées. Les techniciens se distinguaient facilement par le «T» imprimé sur le chevron standard de caporal sans aucune autorité de commandement.

Les dommages causés le dynamitage du pont sont considérables

L'église catholique a subi des dommages et la ferme voisine a été soufflée par le dynamitage du pont par les Allemands

Le 125e Génie installe un pont sur la Kirneck

Le 1er peloton, le dernier à quitter la ville, a été isolé et a fait face à l'anéantissement ; mais dans le 2e peloton se trouvait le Sdt Kenesaw Goheen. Le capitaine James Mohr, commandant la compagnie B déclare :

"Le 27 novembre 1944, après que ma compagnie ait capturé la ville de Gertwiller, en France, les 1ère, 2e et 3e sections de fusiliers ont reçu la mission de progresser dans la ville. Le soldat Kenesaw Goheen était fusilier dans la 2e section.

"Dans la nuit susmentionnée, vers 21h30, l'ennemi a commencé à opposer une forte concentration de tirs de mitrailleuses, de fusils et de mortiers, le 2e peloton recevant l'impact initial de l'attaque ennemie.

"L'ennemi était en excellente position, une mitrailleuse en particulier tirant avec une précision meurtrière. Goheen repéra la position ennemie à environ 200 mètres de distance et, sans poser de questions, sortit de sa position sécurisée et se mit à la recherche de la mitrailleuse. Il a rampé sur une cinquantaine de mètres lorsque les Allemands l'ont repéré et l'ont assailli de leurs tirs. Une pluie continue de tirs de mitrailleuses lourdes, de pistolets mitrailleurs et de fusils a criblé toute la zone et a soulevé la terre à quelques centimètres de lui. Goheen a continué à avancer et, à environ 25 mètres de la position ennemie, a lancé une grenade à main qui a neutralisé la mitrailleuse et tué deux Allemands. L'autre Allemand a levé les mains. Goheen a fait descendre le prisonnier et a rampé devant lui pour le ramener au PC de la section.

 

"Goheen était à peine revenu qu'une autre mitrailleuse avait ouvert le feu sur le peloton depuis une position située à quelque 350 mètres. Goheen s'est de nouveau chargé de faire taire l'arme. Il s'est mis à ramper vers l'avant et a parcouru une centaine de mètres lorsqu'il est tombé sur le soldat Johnson du peloton antichar, qui était blessé et souffrait terriblement. Faisant preuve d'un grand discernement, Goheen décida de revenir avec l'homme blessé. Alors que les tirs nourris se poursuivaient, il a traîné et transporté le soldat Johnson à l'abri. Le soldat Johnson avait été gravement blessé et, à mon avis, il serait probablement mort de traumatisme et des suites de ses blessures si Goheen n'avait pas agi et réfléchi aussi rapidement.

"Vers 23h30, la deuxième section avait presque épuisé son stock de munitions pour mitrailleuses. Entre-temps les Allemands s'étaient infiltrés dans la ville par les avant-postes et, de ce fait, le peloton s'est retrouvé coupé du reste de la compagnie. Goheen s'est immédiatement porté volontaire pour retourner au PC de la compagnie à travers les lignes allemandes afin d'obtenir plus de munitions de mitrailleuses. Face aux tirs meurtriers des mitrailleuses et des snipers, il a couru, esquivé et rampé sur environ 800 mètres à travers la ville. Les balles pleuvaient jusqu'au moment où il est arrivé au PC. Miraculeusement, il n'a pas été touché. Il s'est immédiatement chargé de ceintures de mitrailleuses en les accrochant autour de son cou et a commencé le voyage de retour. Goheen est un homme d'environ cinq pieds neuf pouces de haut et pesant environ 150 livres. Je ne sais pas comment il a pu se retrouver à 15 pieds du PC avec toutes ces munitions. Il a dû ramper à travers la majeure partie de la ville, à environ 800 mètres, avec une charge qu'un homme de force physique ordinaire aurait du mal à supporter. Il a rejoint la section juste au moment où la dernière cartouche de mitrailleuse était tirée.

"Grâce à l'action de Goheen, la section a pu tenir la position cette nuit-là.

 

"Le lendemain matin vers 8h00, j'ai ordonné aux sections de se retirer et de se réorganiser. La compagnie s'est rassemblée, y compris le 2e peloton de fusiliers. Cependant la 1ère section était maintenant complètement encerclée sur le côté gauche de la ville et les derniers ordres qu'elle avait reçus étaient de tenir à tout prix. J'ai envoyé trois messagers au 1er peloton. Ils sont tous revenus sans avoir accompli leur mission, à cause de l'intensité du feu ennemi. Le lieutenant William J. Suenkel et le soldat Goheen se sont alors portés volontaires pour passer. Le terrain était découvert. L'ennemi avait un champ de tir dégagé. Le lieutenant Suenkel et le soldat Goheen ont commencé leur mission quasi suicidaire. Sous les rafales de mitrailleuse, de pistolet mitrailleur, de sniper et de mortier, ils rampaient, couraient et se faufilaient vers la section isolée. Nous pensions qu'à tout moment, ils seraient touchés. Se frayant un chemin à travers la ville, ils ont traversé la rue et contourné un emplacement de mitrailleuses ennemies, passant à moins de 25 mètres de la position. Ils ont transmis le message et ont ramené toute la section au PC de la compagnie, à l'exception de deux tués et trois disparus au combat."

Goheen a été décoré de la Distinguished Service Cross.

Le clocher du temple protestant a été endommagé par les tirs d'artillerie

Avec ces soldats novices, le retrait aurait pu facilement tourner à la déroute; au lieu de cela, ce fut une action acharnée et courageuse.

 

Le Sgt Robert R. McClarren, de la compagnie D du 25e Bataillon de chars, a neutralisé un canon antichar; la section de mortiers du 25e faisait feu. Les hommes du 25e et du B-62, du 125e et du 94e ont établi une position défensive à Goxwiller, les chars se sont retranchés dans les fossés, couvrant les routes et les voies d'approche et l'infanterie a creusé des tranchées, assez profondes avec des marches de tir; l'attaque ennemie n'a jamais eu lieu.

Le 25 renouvelle son attaque sur Gertwiller. La section de reconnaissance du bataillon (dirigée par le capitaine J. J. Scanlon, S-2, et le lieutenant John W. Day) réussit à entrer dans la ville, trouve quelques hommes blessés du 62e et les renvoie vers l’arrière. Lors de l'attaque, le char du lieutenant A. R. Hyde a été mis hors service, mais personne n'a été blessé; le 1er peloton de la compagnie B, 25e commandé par le lieutenant Homer L. Swager, a commencé à se déplacer vers la ville. Le char du Sgt Edward Thomas a été touché; la section s'est retirée et le feu le plus intense que le bataillon ait pu tirer a été dirigé sur la ville. Une fois de plus, le bataillon s'est avancé, cette fois-ci le peloton de la compagnie B du lieutenant William A. Geneser avec le peloton du lieutenant Compton du 94e en tête, ont couvert les hommes du 125e alors qu'un pont était mis en place là où le lieutenant Tomey l'avait trouvé détruit; la ville a été déclarée libérée.

La compagnie B de la 62e revint au contrôle de son propre bataillon et la 25e passa en réserve du CCA.

Scan0166_edited.jpg
 

Les libérateurs de Gertwiller de la 14e Division Blindée

Une section de soldats français du 1er RCA en cantonnement à Gertwiller juste après la libération.

Source : Traduit d'après "History of the 14th Armored Division"

 

BARR - 28 et 29 novembre 1944
Le point de vue américain

par Christian Schmittheisler

Source : History of the 14th Armored Division

Photos Antoine Heller - post-colorisation Ph. S

Le 28 novembre, la colonne est arrivée à Barr.

 

Le 48e a été divisé en compagnies distinctes, chacune ayant un secteur assigné, et une section de A-62 a été affectée à chaque compagnie de chars, la reconnaissance et les ingénieurs ont été répartis.

 

Barr était un point de résistance, un secteur fortement défendu, occupé par l'infanterie et les grenadiers ennemis de la 10ème Volksgrenadier division (appelée plus tard « 4F »), soutenue par des chars et des canons antichars et des bazookas, des tireurs d'élite et des mitrailleurs, des barrages routiers, de l'artillerie et des mortiers. L'Allemand y avait du potentiel, une puissance qu'il devait immédiatement libérer et sa force avait été sous-estimée.

 

La compagnie B-48 du capitaine Menefee E. Blackwell avait le secteur central; le lieutenant Lawrence F. Doyle dirigeait la colonne, en surveillant les maisons qui se rapprochaient de plus en plus, puis il y eut le fracas sourd et violent d'un canon antichar de gros calibre qui tirait de près, et le char de Doyle fut touché en plein centre lors du dernier tir. Le Tec/4 Mike Bellish a sauvé la vie de tout l'équipage, alors même que l'obus frappait, avant que le véhicule lourd ne soit immobilisé, il a tiré de toutes ses forces sur son levier de direction, a fait déraper son char dans le fossé et au même instant, le canon du second char, celui du sergent Hubert V. Summers, a libéré sa traînée de flammes livides, et le canon antichar ennemi et tout son équipage ont été pulvérisés.

Un autre char B-48 a fait feu position fixe, un autre et puis un autre, et toute la section était en mouvement, progressant lentement. Le char du caporal Raymond T. O'Donnell a fait exploser un dépôt de carburant et de munitions allemand qui s'est volatilisé dans un tonnerre d'explosions et de feu, dispersant une nuée de débris sous une épaisse colonne de fumée noire. Les tirs d'armes légères se déchaînent dans un vacarme hystérique continu, et l'artillerie déferlait, encore et encore, et anéantit tout sur plus de cent mètres. (Le lieutenant Doyle, à pied, courut au char de Roland E. Albright, y monta et reprit le commandement de son peloton).

 

Des hommes du 62e ont été touchés et abattus par l'artillerie et gisent dans les fossés. Les hommes de la 94e section du lieutenant John Kraker (le lieutenant Kraker fut décoré plus tard de la Bronze Star pour cette action) avaient été dispersés et ils localisèrent un canon antichar près de Heiligenstein, mais les chars parvinrent à passer, et plus tard le canon AT (avant qu'il ne soit lui-même mis hors service) détruisit un médium américain. Le troisième escadron de C-125 était en train de déminer.

La férocité, l'intensité des combats qui se sont déroulés à Barr sont impossibles à décrire; comme un combattant blessé, saignant et meurtri, la colonne de chars s'est frayé un chemin pouce par pouce dans ce brasier infernal.

 

Le 2e peloton de B-48, en tête, a réussi à traverser la ville (ce n'est que plus tard qu'il a commencé à essuyer des tirs antichars de tous les côtés; chaque char a été touché, encore et encore), mais le 1er peloton s'est heurté aux canons et aux bazookas plus tôt et les hommes dans les chars saignaient maintenant, criaient, mouraient, et pourtant les canons du peloton tiraient et tiraient encore sur cet ennemi qui se défendait férocement, aveuglément.

 

Un par un, ils s'enflammaient et les équipages en sortaient, en rampant de la mort certaine du feu à la mort probable du tir, et traînaient leurs blessés avec eux. Le char du lieutenant Doyle est revenu en ville pour combattre avant d'être détruit, et le lieutenant Doyle gisait dans la rue, sa jambe déchiquetée. Son chargeur (Sdt Barry D. Greer) lui a posé un garrot sur la jambe. Doyle a été décoré de la Distinguished Service Cross.

BARR-LIBERATION-1-6.jpg
BARR-LIBERATION-1-5.jpg
BARR-LIBERATION-1-3.jpg
P 66-2.jpg

Un Sherman du 48 Bataillon de chars et un half-track du 62e bataillon d'infanterie blindée (carrefour de la Poste)

Maison BOSSERT 1944-1-2.jpg
P 80 Colonel Ferris.jpg

Carrefour avenue des Vosges - rue de l'Hôpital (maison Bossert) où fut touché le char du colonel Ferris.

Témoignage du colonel Ferris.

Le char du colonel Ferris, qui se dirigeait vers la ville, fut touché à un barrage routier.

 

Le colonel Ferris est gravement blessé (le major George W. England, Jr. l'avait prévenu par radio de la présence du canon et il s'est avancé jusqu'à l'intersection de la route, sa tourelle étant en travers, son artilleur a tiré et a manqué sa cible et le canon AT a riposté et n'a pas manqué son tir.

 

La 2e section a été bloquée. Le lieutenant George H. Herbert vit qu'il ne pouvait pas passer, fit pivoter ses chars pour emprunter une autre rue et l'enfer se referma sur lui. Ses chars furent touchés et prirent feu jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un seul, et Herbert fut tué. Le Sgt William Winslow était en train de mener la 3e section, il a franchi deux barrages routiers et s'est arrêté pour faire une reconnaissance par le feu, faisant exploser une maison juste devant lui, un canon antichar a tiré trois obus sur son char et celui-ci s'est immédiatement embrasé.

 

Le capitaine Blackwell a vu neuf de ses chars brûler en une heure, et dix d'entre eux ont été mis hors service. La compagnie B a reçu l'ordre de se retirer de la ville, abandonnant ses chars et ses blessés, ses morts et ses disparus. (Cette nuit-là, le capitaine Blackwell fut nommé au bataillon S-3, et le lieutenant Robert E. Elder de la compagnie A prit la relève.

 

Le compte-rendu officiel dit : "La compagnie était en piteux état.

Il n'y avait plus que cinq chars en état de fonctionnement et le moral des hommes était au plus bas.

Le Sergent Forest Gable

L'histoire de la compagnie A est aussi héroïque, pénible et sanglante.

Le Sgt Forest Gable était en tête de la colonne; une jeep de reconnaissance et un véhicule blindé ont été touchés et mis hors de combat avant qu'ils n'arrivent en ville; Gable s'est avancé.

 

Il a tiré sur une maison suspecte bien située, et a découvert plus tard qu'il avait neutralisé un canon antichar allemand et son équipage; il s'est installé sur la large place du centre ville et un canon antichar a ouvert le feu, à 100 mètres en face de la rue pavée grise, depuis la fenêtre d'un hôpital; il a riposté et a neutralisé ce canon; un bazooka ennemi est apparu et le soldat Dennis L. Hennessey, chargeur et opérateur radio, l'a abattu avec une mitraillette. A ce moment, le char a été touché par deux tirs successifs de bazookas ennemis.


Le rapport officiel détaille les faits :


"La Distinguished Service Cross a été décernée à titre posthume au sergent Forest Gable pour son héroïsme extraordinaire le 28 novembre 1944.

Alors qu'il progressait dans la ville de Barr, en France, sous un intense feu d'artillerie et de mortier ennemi, le char du sergent Gable a été touché à deux reprises par des tirs de bazooka ennemis qui ont mis le char hors d'état et blessé trois membres de l'équipage.

Le sergent Gable a immédiatement dirigé ses tirs d'artillerie contre la position ennemie, permettant ainsi aux blessés de s'échapper. Lorsque ses munitions de 75 MM ont été épuisées, il a rampé vers l'arrière du char et, malgré les tirs intenses d'armes automatiques, il a continué à tirer avec sa mitrailleuse de calibre 50 couvrant la retraite, il a tenu sa position jusqu'à ce qu'il soit tué par le feu ennemi.

Par son héroïsme extraordinaire et son sacrifice désintéressé, le sergent Gable a permis à trois camarades blessés de s'échapper et a réussi le retrait de sa section".

P 83-1 Caporal Knott Rankin  - St Avold.

Le caporal Knott Rankin.

BARR-LIBERATION-1-10.jpg
BARR-LIBERATION-1-11.jpg
P 67-1.jpg

Le 48e Bataillon de chars a signalé la perte d'un seul char léger le 28 novembre.  Selon l'un des membres de l'équipage, le char a été touché par un Panzerfaust.

Source : Traduit d'après "History of the 14th Armored Division"

P 67-2.jpg

Le Sgt Gable, tué au combat et décoré à titre posthume de la Distinguished Service Cross.

BARR-LIBERATION-1-12.jpg

Barrois se recueillant devant la dépouille d'un tankiste américain, supposée être celle du Sgt Forest Gable, après y avoir déposé quelques fleurs.

Le caporal Knott Rankin, artilleur dans le char, est resté à son poste de combat jusqu'à ce qu'il ait épuisé toutes ses munitions de 75 mm et qu'il ait été tué alors qu'il tentait de se sauver (il a été décoré de la Silver Star à titre posthume.

La confusion s'est intensifiée. La section du lieutenant Edgar Woodward s'était déplacée vers l'ouest de la ville, en talonnant la compagnie B; puis les chars reçurent l'ordre de quitter la ville. Le Sgt Elmer J. Newness était en tête et suivait la compagnie B, mais les chars ont emprunté une mauvaise route et se sont retrouvés au milieu de la ville.

Au centre de la ville, les quatre chars du lieutenant Woodward ont rencontré des hommes de la 103e division d'infanterie qui arrivaient[1], et le major England (bataillon S-3 à ce moment-là) et un commandant de bataillon du 411e régiment d'infanterie ont décidé de former une équipe de chars d'infanterie. Le major England, le commandant du bataillon d'infanterie, un de ses commandants de compagnie et le sergent Joseph J. Costa du B-48 ont fait une reconnaissance avec un groupe de fantassins.

Un homme en civil a couru devant eux ; les fantassins ont crié "Halte !" et comme il ne s'est pas arrêté, ils ont ouvert le feu. L'homme a été tué et deux mitrailleuses allemandes au bout de la rue ont pris le groupe de reconnaissance en tenaille. Les fantassins ont été touchés et le groupe a été cloué au sol jusqu'à ce qu'un char détruise les mitrailleuses.

La nuit tombée, les chars et l'infanterie ont établi des positions défensives autour de la place de la ville; l'artillerie allemande continuait de se faire entendre, mais les troupes allemandes se repliaient. Le lendemain les hommes de la 103e ont inspecté la ville maison par maison. Le 48e y revint également, et retrouva 19 de ses propres hommes, dont beaucoup de blessés, qui s'étaient réfugiés au milieu des lignes ennemies durant toute la nuit.

[1] Le 28 novembre à 10h10, la 103e division d’infanterie qui venait de libérer le Hohwald, est prévenue par téléphone que la 14e division blindée a été repoussée à Barr et que les unités se repliaient vers Goxwiller en raison d’une forte résistance ennemie. Les 1er et 3e bataillons du 411e régiment d’infanterie sont dépêchés en renfort et entrent à Barr par la vallée Saint-Ullrich à 11h24 où ils font la jonction avec les éléments égarés du major England. A 16h55, les rapports de la 103e division signalent que la ville a été capturée.

Le 48e reprit son attaque, un avec nouveau commandant de bataillon (le major John C. Cavin avait été désigné comme commandant), sans son commandant de compagnie, avec moins d'hommes et moins de chars.

 

A la périphérie de Barr, deux chars légers ont heurté des mines et ont été mis hors service (Sgt. John Dyjek, Corp. J.D. Taylor et le soldat Marien Douglas furent blessés et le sergent Othello Comprino, qui reçut plus tard une promotion sur le champ de bataille, obtint la Bronze Star pour avoir pris la tête des opérations lorsque les chars furent détruits. 

St-PIERRE - ANDLAU - EPFIG - SCHERWILLER
Libération des communes au Sud de Barr

par Christian Schmittheisler

Le 29 novembre, le 62e se déplace à nouveau. Le village de Saint-Pierre devait être pris et le 62e devait être prêt à poursuivre l'attaque vers le sud.


Les hommes du 62e dormirent peu la première nuit du nouveau transfert; l'artillerie arrivait et il devait y avoir une attaque. Des patrouilles ont passé la nuit dans les vergers environnants, en collaboration avec les troupes françaises; Goheen et Pvt. Ralph Bellville se sont portés volontaires pour sortir et tôt le matin, ils se sont glissés à Saint-Pierre, ont localisé des positions de défense allemandes et ont reconnu le ruisseau devant Saint-Pierre. Les sentinelles allemandes ont failli les obliger à rebrousser chemin.


L'attaque devait avoir lieu à 5h30, B-62 à gauche et C à droite avec l'appui de C-48. Auparavant, deux patrouilles de combat d'infanterie avaient été envoyées pour sécuriser deux passerelles sur l'étroit et profind cours d'eau en face de Saint-Pierre. La patrouille de la compagnie B a sécurisé le pont; deux sections ont traversé, mais elles ont été bloquées par le volume cinglant des tirs d'armes légères ennemies provenant des maisons de Saint-Pierre et ont demandé des tirs de soutien d'artillerie. (Goheen et Pvt. James Albrecht, éclaireurs avancés, ont été touchés, tous deux blessés. Goheen audacieux et courageux rentra en Amérique à cause de ses blessures; Albrecht est retourné au combat).


La patrouille de la Compagnie C a également sécurisé son pont, mais alors qu'elle commençait à progresser, des tirs d'artillerie ennemis ont commencé à s’abattre et elle a dû renoncer. Il a été décidé de faire passer les sections sur le pont aussi vite que possible; à l'arrivée de la 1ère section, l'artillerie a commencé à tirer. Le pont a été détruit. La compagnie a reçu l'ordre de se retirer, de traverser le pont de la compagnie B puis de revenir vers son propre secteur. T / sergent. Robert L. Warbritton et S/sergent. Albert J. Gancarczyk exécutèrent les ordres. Le tir de barrage d'artillerie en préparation de l'attaque a été installé. Les canons d'assaut de la Compagnie du quartier général tiraient sur l'observation du sergent. G. W. Willis; T / sergent. Elmer Krug, Segt. Fred Harshberger, Corp. Walter Jankowski, Pfc. Clifton Thrasher et Pvt. Arthur Fisher sont allés en avant pour mettre en place un autre poste d'observation et ont été repoussés par un feu nourri, Thrasher a été blessé et un canon d'assaut s'est enlisé. Au moment où le tir de barrage s'est arrêté, un barrage d’artillerie allemand a commencé à frapper exactement au même endroit.

 

Au fur et à mesure que le volume du feu allemand diminuait, les hommes de la compagnie C atteignirent les premières maisons (contournant le feu qui retenait la compagnie B); et après que la compagnie C eut pris position, la compagnie B est entrée dans son propre secteur. Les Allemands se retirèrent et la ville apparut. La compagnie C-48 est revenue au son contrôle de son bataillon à Melsheim.

Le 48e avait quitté Barr pour Eichhoffen, où il avait été arrêté par un pont détruit; et il a été décidé de passer par Andlau, et cela s’est déroulé sous un feu nourri[1]. Le camion d'escouade du sergent Robert R. Lukin du C-125, et les camions-ponts ont se sont engagés sur la route d'Andlau : ils se sont frayé un passage à travers des tirs d'artillerie et d'armes légères. Sur le site du pont, le sergent Lukins, le Pfc. Gordon Hall, Pfc. Daniel. J. Mancino, Tec/5 John J. Mosser et Pfc. James E. McKane ont sécurisé la zone, tandis que Corp. Frank M. Lorene, Tec/5 George R. Bennett, Tec / 4, Earl T. Stockman et Pfc. Ernest E. Stratton ont déployé le pont. Après qu'il fut terminé, le feu était si intense qu'ils ne pouvaient pas revenir; Lukins a établi son avant-poste et a gardé sa position pour attendre la colonne. Elle est arrivée, a traversé le pont et poursuivi sa route vers Scherwiller où elle s’est arrêtée.

[1] le 28 novembre à 18h, les rapports de la 103e division d’infanterie signalent une forte résistance avec tirs de mortiers et de mitrailleuses dans les secteurs de Mittelbergheim et Andlau obligeant les unités à se replier vers Barr. Le 29 à 4h30, le 103e régiment d’infanterie entre à Andlau en venant du Hohwald et prend le contrôle de son secteur. Le 48e bataillon de char se heurte toujours à la résistance allemande du côté de Mittelbergheim mais opère la jonction avec la 103e division d’infanterie à Andlau à 11h30.


Les hommes du 125e Engineers témoignent :


« Le 3e peloton du Lt Tilly, était toujours rattaché au 48 Tk Bn. Cette colonne était censée se diriger vers le sud, au bord des montagnes, pour prendre Sélestat, et ainsi isoler les troupes allemandes encore présentes dans les collines. Ils se sont dirigés vers l'est jusqu'à Molsheim, puis vers le sud en passant par Obernai. Le soir venu, le peloton se trouvait sur la route de Barr; une section de la route était soumise à de lourds tirs d'obus ennemis, et il était donc jugé plus réaliste de faire demi-tour.
La troisième escouade a été appelée pour déminer la route de Barr. La ville elle-même était le centre d'un bombardement intense. C'est là que beaucoup de garçons ont entendu leur premier "screaming meemie", comme on a si bien qualifié les fusées allemandes.

Les progrès ont été beaucoup plus lents que prévu, le déplacement vers le sud s'est fait à un rythme d'escargot, en raison du retrait nécessaire des mines de la route.

Il a été décidé de construire un pont à Andlau (*). Le convoi de camions-passerelles, et le camion de l'escouade du Sgt Lukin, transportant le tablier, a commencé à descendre la route Barr-Andlau. A mi-chemin du pont, le détachement de pont a subi les tirs de l'artillerie "Jerry" (**) et des armes légères. L'escouade a riposté alors que le véhicule traversait à toute vitesse la poche de résistance ennemie. Arrivé sur le site du pont, le Sgt Lukins a dispersé quatre de ses hommes, Hall, Moncino, Mosser et McKane, pour se mettre en sécurité. Le chef de l'équipe, Lorenc, Stratton, Bennett et Stockmann ont travaillé sur le pont, l'équipe s'est efforcée de transmettre les informations au commandant de la colonne. Cependant, tous les efforts déployés pour faire face aux tirs ennemis sont restés vains. Le Sgt Lukins a donc placé le reste de ses hommes en sécurité et a attendu l'arrivée des éléments de tête. La colonne est arrivée en trente minutes, et les blindés ont traversé. Bien que les véhicules aient été touchés, il n'y a eu aucune perte parmi les hommes. En se dirigeant vers le sud, la colonne a rencontré un champ de mines ennemi. Le troisième peloton s'est à nouveau mobilisé pour intervenir et a ouvert une brèche. Une fois de plus, la colonne a accéléré pour harceler et détruire les "Huns"  qui se retiraient. Le jour suivant, le peloton rejoignit le reste de la compagnie à St-Pierre.
C'est là que la compagnie a été réorganisée. Le 4 décembre, le CCA se retira pour rejoindre la division dans la région de Hochfelden. La compagnie "C" s'est dirigée vers le nord, vers une zone de rassemblement à Bossendorf, où elle est revenue sous le contrôle du bataillon et a eu l'occasion de panser ses premières blessures de combat. »

La colonne se dirigea vers Scherwiller, où elle fut arrêtée sur ordre du CCA.

(*) Selon les témoignages, le pont détruit est celui qui se trouve à l'entrée d'Eichhoffen, en face de la tannerie Haas.

(**) "Jerry" et "Huns" sont des surnoms habituellement utilisés par les alliés pour désigner les Allemands

Half Track 62 Infantry_edited.jpg
Un half-track du 62e bataillon d'infanterie blindée en route pour Saint-Pierre (photo 14e AD)
La route est minée à la sortie de Barr en direction d'Eichhoffen. Deux chars sont mis hors de combat. (photo 14e AD)
P 69-1.jpg

La colonne de chars route du Hohwald (photo 14e AD)

P 71-2.jpg

Un char Medium endommagé avenue Marcel Krieg. Sa chenille gauche a été detruite par une mine. (photo 14e AD)

P 71-1.jpg

Le tankiste tente de procéder à la réparation (photo 14e AD)

P 77-1.jpg
Un camion de pontage du Génie

Le 62e continue d'attaquer vers Sélestat.

 

L'objectif intermédiaire suivant est Epfig ; mais alors même que les plans de l'attaque étaient établis, le bataillon fut informé que la 103e division avait pris Epfig, il devait se diriger vers Ebersheim, aux côtés de la 103e. La compagnie B-62 était en tête; l'ennemi avait installé de nombreuses mines et barrages routiers, et il faisait nuit quand la compagnie arriva à Ebersheim où la compagnie B se heurta au barrage routier lourdement défendu par des tirs d'armes légères et d'artillerie.

La compagnie B débarqua et commença à marcher sur la ville; la compagnie C devait se trouver au nord de la ville, la 103e au sud. L'escadron du S/Sgt William F. Maier de la compagnie C fit sortir deux prisonniers d'une maison; ils les ramenèrent et ils en reprirent quatre autres; l'escadron du S/Sgt Carl Wymore captura huit sous-officiers allemands cachés dans un champ. Pendant que le capitaine Trammell interrogeait les prisonniers, l'artillerie a commencé à tirer et les prisonniers se sont enfuis dans toutes les directions, Trammell les retenaient par les pans de leurs de manteaux.

 

Le lieutenant Joseph H. Lloyd, officier motorisé de la compagnie, a remonté les véhicules pendant le barrage. Le 62e reçut l'ordre de rester à Ebersheim jusqu'à ce qu'il soit relevé par un bataillon du 103e; il passa son temps à débusquer les tireurs d'élite. Le Sgt John W. Pleacher se mit en route à pied à la poursuite d'un tireur d'élite qui avait tiré sur le Pfc William J. Evans au niveau de la tête (Evans devait s'en sortir indemne avec un éclat de la taille d'un demi-dollar dans son casque). Pleacher a remarqué que le sniper, dans un trou, se relevait, tirait et se rebaissait à intervalles réguliers. Pleacher a contourné le trou et a attendu que le sniper se relève.

 

L'artillerie tirait toujours; le soldat de deuxième classe Leslie E. Prieb fut blessé lorsqu'un obus atterrit à côté du PC. 
Le 62e resta trois jours à Ebersheim, puis reçut l'ordre de se rendre à Wickersheim. Le 500e, avec un record de 2281 obus tirés pour le mois, 13 prisonniers capturés et deux blessés, se rend à Gertwiller, puis à Epfig.

 
Le 25e quant à lui, s'était retiré à Saint-Pierre; il reçut son premier repas chaud en onze jours et le courrier fut distribué. Le capitaine Grenville T. Emmet, Jr. (commandant de la compagnie B depuis les Etats-Unis), devient S-2 ; le capitaine J. F. Scanlon prend le commandement de la compagnie A et le Lt Homer L. Swager, de la compagnie B; le 25e est envoyé à Riedheim. Le CCA avait avancé jusqu'à l'objectif du corps d'armée Scherwiller-Ebersheim; le 1er décembre à 10 h, le CCA fut rattaché à la 103e division d'infanterie et à 21 h 15, il fut relevé de son affectation et placé en réserve du corps d'armée. Le 3 décembre, il reçut l'ordre de se rendre à Hochfelden. 

P 78 Epfig.jpg
Les chars du 25e bataillon de tank entrent à Epfig par la rue Sainte-Marguerite
P 77-2 Scherwiller_edited.jpg
La colonne du 48e arrive à Scherwiller par la rue de Dambach

Sources : Traduit d'après "History of the 14th Armored Division" et "History - 125th Armored Engineer Battalion"

 
 
P 69-2.jpg
 

TEMOIGNAGES - Les libérateurs parlent...
BARR, 28 et 29 novembre 1944

par Christian Schmittheisler

Le colonel Ferris témoigne 
 

« Je vais maintenant vous raconter ce que je peux sur les événements qui ont conduit à la libération de Barr.
Nous avions ordre d'avancer vers Strasbourg mais nous avons été déroutés à plusieurs reprises vers le sud - tout en rencontrant des barrages routiers défendus par l'infanterie légère et toujours minés. Il a fallu l'aide du génie pour passer. Les bazookas ennemis sont également intervenus et le Bataillon a subi ses premières pertes. Un repos à Schirmeck dans un ancien hôpital allemand - les villages de Valff et Obernai étaient sur le chemin vers Barr – avant les événements survenus plus tard le 28 novembre.
La reconnaissance a fait état d'une situation "calme". Les abords extérieurs l'ont confirmé. Nous avons avancé lentement dans la ville - en fait, nous avons traversé le centre ville (je me souviens de l'hôtel de ville lorsque nous sommes passés). Le mouvement n'a pas été entravé jusqu'à la sortie de la ville, juste en face de la maison Bossert !

Il y avait un barrage routier qui a dû nécessiter deux jours de construction. Il a fallu que la section d'obusiers le démolisse à ce moment-là, permettant le passage d'un seul véhicule à la fois. Le char S-3 est passé et m'a signalé par radio qu'il y avait un canon A/T sur la gauche. A ce moment-là, notre canon principal (75mm) était orienté vers la droite. Avant que nous puissions orienter la tourelle à gauche, le char a été touché par deux obus qui ont pénétré le blindage du bouclier et sont entrés dans le véhicule. J'étais debout et le tir a pénétré dans ma jambe gauche. L'autre coup a tué le Lt Kaufman. Le véhicule a immédiatement pris feu. J'ai donné l'ordre d'évacuer, mais je ne pouvais pas bouger d'un pouce. J'étais coincé. Mon artilleur m’a poussé de l’épaule vers le haut, puis m'a en fait jeté en bas du char. Petit miracle, je n'ai pas subi de graves fractures à cause de la chute de 8 à 9 pieds). Nous nous sommes retrouvés dans une cour clôturée, et pendant tout ce temps, des armes légères nous tiraient dessus. (Nos armes de poing sont restées dans le char.) L’artilleur, Sgt Kiley, a vu une fenêtre de sous-sol qui semblait accessible. Il a poussé et tiré dessus et, par chance, il y avait un toboggan à charbon jusqu'au niveau du sol. Une poussée rapide et nous roulions tous les deux dans la goulotte. Nous avions à peine retrouvé notre souffle quand nous avons trouvé tout le sous-sol occupé par des soldats allemands en uniforme. J'ai dit "au revoir" à Kiley, mais les soldats ennemis m'ont ensuite tiré plus loin à l'intérieur. Ils ont appelé un médecin ennemi qui a pansé mes blessures et m'a offert un antiseptique oral que j'ai refusé. Cela a duré pendant ??? heures, ??? jours. Les soldats allemands ont évacué la maison, et deux très jeunes adolescents, JJ Bossert et son frère, m'ont transporté dans un chariot à l'hôpital du village. De nombreux blessés, allemands, français et américains, étaient soignés. Ils m'ont emmené à un étage supérieur où l'on pouvait entendre les tirs de mortier qui se produisaient en fait des deux côtés de l'hôpital. Une fois le village sécurisé, nos propres médecins du 48e Tank ont pris la relève et m'ont placé dans le système d'évacuation sanitaire. Le reste, c'est de l'histoire que vous connaissez.

P 80 Colonel Ferris.jpg
Maison Bossert 29 novembre 1944.jpg

Lettre du Colonel Ferris du 20 novembre 2004

Rétrospectivement, je ne peux que relater et décrire la férocité et l'intensité des combats qui se sont déroulés à Barr. Comme un blessé, saignant et sanglant, la colonne de chars s'est frayée un chemin pouce par pouce dans cet enfer brûlant, infernal.

Avec du recul, cela nous amène à nous interroger sur le fait que lorsque nous sommes entrés dans la périphérie du village au moins un des habitants (qui était adolescent à l'époque et maintenant septuagénaire) nous a indiqué  que la ville était un bastion fortifié au-delà de toute imagination. C'est d'ailleurs ce que le résultat final a démontré. »

 

UNE AMITIÉ DE LONGUE DATE

 

par Howard Knapp

 

« Le 28 novembre 1944, lorsque le char du colonel Ferris fut détruit à Barr en Alsace, j'avais 19 ans, j'étais le chargeur et l'opérateur radio. Le lieutenant Kaufman était assis sur mes genoux et des flammes nous enveloppaient alors que je le poussais hors de l'écoutille. Je me souviens du moignon de sa jambe qui est passé devant mon visage. Puis, il y a eu une explosion et j'ai été soufflé hors du tank.

Je me suis réveillé avec des brûlures aux mains et au visage, une hanche gauche disloquée, deux genoux cassés et trois fractures à la jambe droite, qui présentait également de multiples blessures par éclats.

Alors que nous étions allongés sur le sol, j'ai parlé au lieutenant Kaufman. Il était conscient de la perte de sa jambe, mais je n'ai pas pu l'aider car j'étais momentanément aveugle à cause des brûlures faciales et mes mains étaient également gravement brûlées. Aujourd'hui encore, je regrette de n'avoir pas pu lui poser un garrot sur la jambe pour lui sauver la vie.

La bataille a fait rage autour de nous. Nous avons parlé de temps en temps, puis il s'est tu.

Quelques heures plus tard, des soldats allemands sont venus me demander mes papiers. J'ai dit : "Ils sont tous dans le char." Je leur ai demandé de l'eau qu'ils ne m'ont pas donnée. En partant, ils m'ont dit, également en allemand, "Pauvre garçon, pauvre garçon."

La bataille a continué pendant de nombreuses heures. Longtemps après, un brave Alsacien m'a porté à l'hôpital local. Là, le Dr Marcel Krieg, un autre brave Alsacien, m'a donné les premiers soins et m'a caché des Allemands jusqu'à ce que les Américains libèrent la ville de Barr. Mon service actif était terminé !

Je fus envoyé dans divers hôpitaux en Europe et aux États-Unis pour une longue convalescence.

Mon amitié de toujours avec la famille Krieg a été pour moi un souvenir précieux de cette bataille. Aujourd'hui encore, je fais partie de leur famille et ils sont une partie très chère de la mienne. »

Le GI Howard Knapp a été nommé citoyen d'honneur de la Ville de Barr à titre militaire le 25 février 1976.

 

Source : Memories of the 14h armored division

 

Le soldat Hugh Warren West du 94e escadron de reconnaissance témoigne

 

"Barr était le prochain objectif de notre parcours à travers l'Alsace. Notre unité a reçu l'ordre de reprendre la tête du convoi, suivie de près par le 48e bataillon de chars. Mais avant d'atteindre Barr, nos véhicules de tête ont essuyé des tirs juste à l'extérieur d'un petit village[1]. Comme d'habitude, nous nous sommes mis à l'abri et avons laissé les chars passer pour éliminer l'ennemi.

J'ai regardé la colonne de chars ramper lentement vers le premier bâtiment, mais la progression s'est arrêtée lorsque le char de tête a été frappé par un Panzerfaust. Alors qu'il était en feu, un seul homme est sorti de la trappe et a commencé à courir pour se mettre à l'abri. Pour une raison inexpliquée, il s'est retourné et a couru vers le char endommagé. Je me suis dit qu'il devait essayer d'aider le reste de son équipage à s'échapper. Mais alors qu'il montait à bord du Sherman, un obus d'artillerie allemand a explosé à côté du char, et il est tombé mort.

Le reste des chars de la colonne a poursuivi l'attaque, les hommes de l'infanterie se sont accroupis derrière les tourelles avec leurs fusils en joue. Le nouveau char de tête s'enfonça dans le hameau, mitraillant un peloton allemand sur son passage, jusqu'à ce qu'il rencontre un barrage routier. Le char n'a jamais ralenti, mais il a tourné pour tirer sur le barrage routier par le côté. J'ai vu des soldats allemands se disperser, la plupart d'entre eux se réfugiant derrière une grande croix de pierre. Le canon de 75 mm a rapidement fait feu et la croix, ainsi que les soldats derrière elle, ont disparu.

Quand les chars ont terminé leur ratissage du village, nous avons continué vers Barr. En chemin, nous avons rencontré quelques autres barrages routiers. Certains d'entre eux n'étaient pas défendus, mais nous devions quand même faire attention. D'autres barrages routiers n'étaient défendus que par des tirs d'armes légères allemandes, si bien que nous mettions rarement plus d'une demi-heure pour les éliminer de notre chemin. La résistance relativement légère ne nous a pas préparés à ce qui nous attendait.

L'armée allemande occupait Barr en embuscade, avec la ferme intention d'y arrêter notre avancée. En plus de l'infanterie régulière, des grenadiers de panzer de la 10e Volks Division étaient sur place, soutenus par des chars, des canons antichars, des barrages routiers soigneusement conçus, de l'artillerie et des mortiers. Bien sûr, nous ne le savions pas à notre approche. C'était la première des nombreuses fois où notre service de renseignement avait grossièrement sous-estimé la force de l'ennemi. Mais nous savions qu'il y aurait des combats à Barr, alors nos unités blindées ont ouvert la voie. Dans ce qui allait devenir une triste litanie répétée encore et toujours, notre char de tête a été frappé par un 88 bien camouflé. Il a fait une embardée et s'est arrêté net, dégageant de la fumée puis un feu dévastateur. Son équipage n'a jamais réussi à atteindre les écoutilles.

Toute la colonne de chars s'est mise en action, se déployant vers la périphérie et tirant rapidement. Un de leurs obus a atterri dans un dépôt de munitions allemand à l'intérieur de Barr, et l'explosion a provoqué un tel choc qu'on aurait dit qu'une mule m'avait donné un coup de pied à la poitrine. Les explosions ont continué dans un vacarme ininterrompu, dégageant une fumée noire vers le ciel et faisant pleuvoir des débris dans toute la zone alentour. Les hommes de l'infanterie se sont jetés dans les fossés pour se mettre à l'abri, alors que les tirs d'armes légères déferlaient des bâtiments.

Le lieutenant John Kraker nous a ordonné d'avancer. Nous respections déjà Kraker comme un bon officier, car il voulait toujours être au cœur de l'action, et il ne demandait jamais à ses hommes de faire quelque chose qu'il ne faisait pas lui-même. Il protégeait ses hommes, et savait comment les sortir des situations difficiles. Il était toujours en retrait pour vérifier les arrières, et il était courant de le voir s'aventurer dans le no man's land pour ramasser nos blessés alors que personne d'autre ne voulait de ce devoir presque suicidaire. Tout le monde admirait Kraker.

Nous nous sommes précipités vers la ville dans nos véhicules, mais avons dû bientôt nous arrêter lorsqu'un 88 allemand a pointé sur nos chars de soutien. L'un d'eux a explosé suite à un coup direct. Kraker a dirigé notre attaque vers le 88, et une de nos équipes de bazookas a fait le tour pour un tir de dégagement, et l'a détruit. Pour cette action, et pour ce qui allait suivre ici, notre lieutenant Kraker, né à New York, allait recevoir la Bronze Star. Il a ensuite été décoré de la Silver Star.

Mais nous étions loin des accolades lorsque nos unités se sont installées à Barr. Ce qui s'ensuivit fut un affreux combat, nos chars se faufilant dans les rues, tirant avec leurs canons et subissant les salves des unités antichars ennemies dissimulées. Un peloton de chars a réussi à traverser la ville, mais il a essuyé des tirs d'artillerie antichars des deux côtés une fois arrivé à l'extérieur de la ville. Chacun des chars a été touché, certains à plusieurs reprises. Un par un, ils ont pris feu. Leurs équipages sont sortis en courant par des écoutilles fumantes, avant d'être abattus par des tirs d'armes légères.

La bataille à l'intérieur de Barr s'est intensifiée en un maelström de flammes, de tonnerre et de cris de douleur. Presque chaque endroit était criblé de fragments d'acier, de maçonnerie et de verre qui déchiraient la chair des hommes comme si c'était du beurre mou. Les soldats étaient allongés à côté de leurs chars, les bras ou les jambes manquaient. Certains étaient  méconnaissables. Les tirs sont devenus si intenses qu'une de nos compagnies a dû se retirer de la ville, laissant derrière elle ses blessés. C'était quelque chose qui n'arrivait que dans les combats les plus violents.

Chaque maison représentait un potentiel d'embuscade meurtrière, et c'est pourquoi chaque maison devenait notre cible. Cela a été confirmé lorsque nous nous sommes approchés de l'hôpital de la ville le long d'une rue pavée, et que nous avons essuyé des tirs d'un canon antichar depuis l'une de ses fenêtres. L'un de nos chars a immédiatement riposté et a fait voler l'hôpital en éclats. Dans ce combat, il n'y aurait pas de bâtiments protégés. Les subtilités chevaleresques sur les hôpitaux avaient été mises de côté.

Quelques instants plus tard, ce même char a été touché par deux Panzerfausts, tuant l'équipage. Son commandant recevra à titre posthume la Distinguished Service Cross pour être resté à l'intérieur et avoir continué à tirer jusqu'à épuisement des munitions de 75 mm. Alors, il a rampé hors de la tourelle et, de l'arrière, a tiré avec une mitrailleuse de calibre 50 jusqu'à ce que des tirs d'armes légères l'aient abattu. Il s'appelait Gable. Il n'était pas le seul héros ce jour-là.

Des décorations posthumes ont été décernées à un certain nombre d'hommes qui se sont comportés de la même manière, tirant depuis leurs chars d'assaut endommagés jusqu'à ce qu'ils soient à court de munitions. Leurs actions ont permis aux médecins d'évacuer les blessés et ont également fait des ravages sur les positions des Allemands. Un autre officier exceptionnel s'est distingué ce jour-là. Le Major George England, alors commandant en second du 48e Bataillon de chars, a mené sa colonne blindée dans la ville.

Mais Barr sera une plaie dans l'histoire du 48e. L'unité a perdu dix-sept chars moyens en quelques instants. Le char du Major England fut parmi les premiers à être touché, et il passa toute la nuit à éviter les patrouilles allemandes tout en essayant de retrouver ce qui restait de sa propre unité. Les chars rescapés ont dû se retirer pour éviter l'anéantissement.

Dans la soirée, nous avons établi des positions défensives sur la place de la ville, en étant sûrs d'être protégés du feu continu de l'artillerie ennemie. On aurait dit que les troupes allemandes se repliaient. C'était surtout dû aux efforts du Major England. Il avait trouvé certains de ses chars restants et les avait associés à un bataillon d'infanterie qu'il avait croisé. Puis il a ramené cette unité de chars d'infanterie à Barr et a procédé au ratissage des troupes ennemies.

 

Le jour suivant, une de nos unités a confirmé que les Allemands étaient partis en fouillant maison par maison. Beaucoup de nos hommes blessés qui avaient passé toute la nuit derrière les lignes ennemies étaient ravis de voir nos visages affreux et sales.

J'ai rejoint un groupe de nos hommes pour aider à transporter les blessés vers l'hôpital en ruines où les Allemands avaient placé leur canon antichar. Il était rempli d'hommes blessés, américains et allemands. Il y avait des gémissements et des bruits de fond qui se combinaient pour ressembler à un enclos à bétail. Les médecins et les aides-soignants se déplaçaient rapidement de lit en lit, parfois pour administrer des injections, parfois pour couper des membres. Ils se déplaçaient avec une vivacité et un désarroi qui me rappelaient les insectes.

Je faisais partie du groupe chargé de garder les blessés allemands. La plupart d'entre eux avaient l'air aussi pathétiques que nos gars, couchés avec des regards ternes et des expressions douloureuses, couverts de sang séché sur des bandages croûtés. Beaucoup d'entre eux n'étaient pas loin de l'enfance. Cela m'a fait réaliser que même les enfants peuvent être meurtriers avec des armes à la main.

Nous étions dans ce qui était un hôpital civil avant la guerre. Il était toujours dirigé par le même médecin[2], qui a dû être bouleversé par le changement soudain de la routine de son hôpital. J'ai discuté avec lui. C'était un Alsacien intelligent qui s'intéressait à un large éventail de littérature et de musique. Aujourd'hui, il rafistole des jeunes hommes brisés, déchirés par une guerre qui l'a laissé engourdi. Mais la guerre me conduisait vers des moments qui étaient loin d'être apaisants.

[1] Valff

[2] Le Dr Marcel Krieg.

Hugh West.jpg
Hugh Warren West
Cpt Kraker.jpg
Lieutenant John Kraker
P 59-3.jpg
Un véhicule blindé de reconnaissance M8

Source : Recon Trooper - A Memoir of Combat with the 14th Armored Divison in Europe, 1944-1945 par John Scura

Mon unité est restée à Barr pendant tout ce temps, en assurant principalement la sécurité. J'ai remarqué qu'un nombre croissant de prisonniers allemands arrivait dans la ville. Nous devions les garder. Bien qu'il soit interdit de fraterniser avec ces prisonniers de guerre, j'ai utilisé mes quelques bribes d'allemand et quelques cigarettes pour apprendre comment les choses se passaient de leur côté de la guerre. C'était un groupe de prisonniers à l'air pitoyable, sales, mal rasés et décharnés. C'était comme regarder le visage de la défaite. Mais je savais qu'un jour ou deux auparavant, ils nous avaient combattus avec une férocité que peu d'armées ont jamais eue. 
L'un des prisonniers de guerre m'a fait part de son étonnement quant à la condition de notre armée. 
"Vous n'avez pas de chevaux", m'a-t-il dit avec étonnement. 
L'armée allemande comptait beaucoup sur les chevaux pour déplacer son équipement. Ils utilisaient même les chevaux pour tirer leurs chars lorsqu'ils se déplaçaient vers de nouvelles positions de combat, car l'essence était devenue si précieuse sous le Troisième Reich. Mais même lorsque l'essence était abondante au début de la guerre, la Wehrmacht a fait un usage abondant de la puissance des chevaux. 
"L'armée américaine roule", lui ai-je dit. "Nous ne trottons pas." 
Il semblait comprendre ce que cela signifiait vraiment. Son armée était désespérément surclassée par notre mobilité. 
Malgré toutes les pénuries, la Luftwaffe continuait à nous rendre visite. Leurs attaques étaient généralement de petite envergure, mais leurs chasseurs, Stukas et bombardiers légers effectuaient des sorties contre nos lignes de front et nos zones arrières. Généralement, nos P-51 les chassaient ou les abattaient avant qu'ils ne puissent faire beaucoup de mal. Mais ils continuaient à tuer nos hommes, et parfois nos propres chasseurs n'étaient tout simplement pas là pour les arrêter. 
Nous n'étions au combat que depuis peu, même si cela nous semblait une éternité à tous. J'étais prêt à faire une pause et mes prières ont été exaucées. 
Le 3 décembre, nous avons reçu l'ordre de rejoindre le reste du Commandement de combat A (CCA) en réserve du corps d'armée à Hochfelden. C'était une bonne nouvelle, surtout après avoir appris que le CCA avait atteint l'objectif de notre corps, une ligne entre Scherwiller et Ebersheim. Les gradés nous ont tous accordé un court repos avant de nous jeter à nouveau dans le chaudron." 

En 1990, un groupe de vétérans de la 14th Armored Division est revenu sur les lieux des combats de 1944. Le soldat Hugh Warren West faisait partie du voyage et a pu s'entretenir avec le Dr Krieg qu'il avait rencontré à l'époque à l'hôpital. Il relate par ailleurs que l'un des vétérans du groupe avait chaleureusement remercié le Dr Krieg de l'avoir soigné plus de 40 ans auparavant et la population barroise de l'avoir protégé. Ce dernier a ensuite révélé qu'il avait baptisé son fils aîné du prénom de Barton (contraction de Barr et Town) en mémoire de son passage dans notre cité. 

Si la libération de Barr m’était contée…

 

Un heureux hasard a voulu que nous rencontrions le jour du 25e anniversaire de la libération de Barr un ancien soldat ou plutôt, caporal-chef de l'armée libératrice américaine, qui a participé en personne à la libération de notre ville.


M. Mahoney Georges, actuellement attaché en qualité d'ingénieur civil à l'Armée d'occupation U.S.A. à Stuttgart, est venu ce jour-là, avec son épouse et ses trois fils, disons en pèlerinage et en même temps en reconnaissance et en mémoire de ses nombreux camarades qui ont dû laisser leur vie pour que nous autres soyons de nouveau libres.


Après nous avoir présenté sa petite épouse, d'ailleurs une Alsacienne native de Schleithal dont il avait fait connaissance en arrivant dans son char à Wissembourg où ce fut la première Alsacienne qu’il avait vue et rencontrée, et ce fut le coup de foudre. M. Mahoney nous raconte, en faisant des petits croquis, avec son accent bien de chez lui et que nous avons tant de difficultés pour l'imiter, mais pour cela nous avons le nôtre. Mais laissons-lui la parole :


« Nous faisions partie de la 7e Armée de la 14e D. B., dont le 48e Bataillon était stationné à Obernai, où nous avions tout notre matériel et toutes nos provisions, munitions et autres.
« Le 27 novembre, nous sommes arrivés avec nos chars, après avoir traversé Goxwiller, jusqu'à l’entrée de Gertwiller. Là nous avons trouvé une forte résistance et je me rappelle qu'il y a eu de sérieux dégâts à l'entrée de ce village. Notre passage étant barré, nous sommes retournés à Obernai. 


« Le lendemain, donc le 28 novembre, nous sommes revenus, évidemment plus par le même chemin, mais on nous avait dit que certainement il n'y aura plus beaucoup de soldats allemands. Je ne peux pas dire d'où on avait eu ce renseignement, mais il s'est avéré par la suite fort trompeur. 


Notre 48e bataillon, commandé par le lieutenant-colonel Ferris, est donc venu cette fois-ci par Heiligenstein et après avoir détruit un barrage assez costaud à l’entrée de Barr de ce côté, nos trois compagnies sont entrées dans la localité. L’une avait pour mission d'y entrer par l’aile droite, en venant de Heiligenstein, l’autre par le centre en passant par la Place de la Mairie et la troisième par l'aile gauche, donc en tournant tout de suite à gauche en entrant. 
« Moi-même je me trouvais dans le char du commandant de compagnie, le capitaine Blackwell et nous nous trouvions, après avoir traversé des petites rues étroites de Barr, près de l'Hôpital. Mais croyez-moi, ce ne fut pas une promenade. Nous trouvions beaucoup plus de résistance que nous avions cru. Et vous savez ce que c'est, un soldat se trouvant dans un char est comme celui qui se trouve bloqué dans sa tranchée, il ne sait pas très bien ce qui se passe tout autour. Toujours est-il que nous nous trouvions avec notre char dans la ligne de tir d'un nid de mitrailleuses lourdes quelque part dans un jardin aux environs de l'Hôpital. Nous avons vu quelques-uns uns de nos chars complètement détruits par des Panzerfaust et pendant plusieurs heures le combat à l'intérieur et aux abords de Barr faisait rage.

 
« Nous n'avancions guère et après avoir épuisé nos munitions, près d'une centaine d'obus, et aussi notre essence, nous avons dû faire demi-tour et nous sommes retournés à Obernai. Là nous avons constaté que des 17 chars qui étaient partis pour Barr, 4 en sont revenus intacts. Tous les autres ont été détruits et à part quelques camarades rescapés des chars, tous sont restés, la plupart tués et d'autres gravement blessés. 
« C'est ainsi que je me rappelle que le lieutenant-colonel, commandant notre 48e bataillon a été gravement atteint et a été soigné et opéré à l'Hôpital de Barr, on m'a dit que c'était par le Dr KRIEG. Deux autres officiers, le lieutenant Georges Herbert et le lieutenant Dayle ont été tués.
« Mais nous sommes revenus, le lendemain 29 novembre, vers 8 heures du matin. A ce moment tout, sauf le tir d'artillerie, était tranquille. L'ennemi s'était retiré de la localité pour se retrancher dans les bois environnants et pour bombarder la ville avec son artillerie, qui brûlait à beaucoup d'endroits. 


« Voilà en gros ce que je peux vous dire. Mais vous en saurez certainement d'avantage, car dans la première quinzaine du mois de juillet 1970, les anciens de la 14e D. B. viendront en avion et rendront alors visite à Obernai et à Barr. J'espère bien être de la partie, cette fois-ci aussi. »
 

Nous lui avons fait savoir que lors du 20e anniversaire de la Libération, une plaque commémorative a été apposée à l'Hôtel de Ville en souvenir de ce grand jour du 28 novembre 1944 et en reconnaissance aux soldats de la 7e Armée, commandée par le Général PATCH, en présence d'une délégation de l'Armée Américaine. 


M. Mahoney a signé le livre d'or de la Ville en faisant précéder sa signature des paroles suivantes : «Je suis très heureux d'avoir pu retourner dans la belle Ville de Barr à l'occasion du 25e anniversaire de sa Libération. Ma reconnaissance aux citoyens de Barr pour leurs sentiments chaleureux et à mes camarades tombés au champ d’honneur.»

(Source : Journal de Barr du 20 décembre 1969)

 
 

VICTIMES 1939 - 1945

Les GI de la 14 Division Blindée

Nos recherches nous ont permis d'identifier la plupart des soldats américains de la 14e division blindée qui ont sacrifié leur vie pour libérer notre ville. 

Cette liste n'est certainement pas exhaustive d'autres unités étant impliquées comme la 103 division d'infanterie US dont nous ne disposons pas des listes nominatives. 

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
1st Sgt Paul B GREEN

500th Armored Artillery

Tué par un tir d'artillerie allemande à Niedernai le 27 novembre 1944 alors que son unité couvrait la zone de combat de Gertwiller et Barr

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Clifford E VIERLING

94th Reconn Squadron

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec5 James W Mc HUGH

94th Reconn Squadron

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Sgt Donald S LAKE

94th Reconn Squadron

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec5 Lyle E KUBITE

94th Reconn Squadron

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 27 novembre 1944

Décoré de la Silver Star et du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
2nd Lt. Willard G BOWSKI

94th Reconn Squadron

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 27 novembre 1944

Décoré de la Silver Star et du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec3 Joseph R MAIORANA

62nd Armored Infantry

Mort à Philippsbourg des blessures subies lors des combats de Gertwiller le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
S/Sgt Frederick G SHERIDAN

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Gertwiller le 27novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Thomas A MOLLOY

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Donald L GRIFFETH

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Gertwiller le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Ray L LISCOW

62nd Armored Infantry

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec 4 Porter TUCKER

25 Tank Battalion

Tué au combat à Gertwiller le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
1st Lt. Jess TOMEY

25 Tank Battalion

Tué au combat à Gertwiller le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Charles CALER

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Barr le 29 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Ronald O'DONNELL

25 Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Robert CAMPBELL

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Barr le 29 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
2nd Lt. Vincent DARZBACH

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Barr le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Olon E DAVIDSON

62nd Armored Infantry

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Louis R EGNAL

62nd Armored Infantry

Tué au combat dans le secteur de Barr le 30 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Walter WEIDNER

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt William VISCOMI

48th Tank Battalion

Tué au combat dans le secteur de Barr le 30 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
1st Lt Russell WATSON

48th Tank Battalion

Tué au combat dans le secteur de Benfeld le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Arnold TRAUGOTT

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Sgt Charles SMALL

48th Tank Battalion

Tué au combat à Valff le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Corp. Knott RANKIN

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Artilleur dans le char, il est resté à son poste, jusqu'à ce qu'il ait tiré toutes ses munitions de 75 MM; il a été tué alors qu'il tentait de s'échapper

Décoré de la Silver Star

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec5 Raymond POLANOWSKI

48th Tank Battalion

Tué au combat à Valff le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Ray KITCHEN

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Paul Edward KEUPER

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Lt. Robert KAUFMAN

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944 par un obus anti-char allemand qui a frappé le tank du colonel Ferris

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Corp Ralph M JACOBS

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
1st Lt. George H HERBERT

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec4 John D HOOVER

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pvt Vernon HANHEIDE

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Sgt Forest GABLE

48th Tank Battalion

Le sergent Gable a immédiatement dirigé des tirs d'artillerie contre la position ennemie, permettant ainsi aux blessés de s'échapper. Lorsque ses munitions de 75 MM ont été épuisées, il a continué à tirer avec sa mitrailleuse de calibre 50 jusqu'à ce qu'il soit tué par le feu ennemi. Par son héroïsme extraordinaire et son sacrifice désintéressé, le sergent Gable a permis à trois camarades blessés de s'échapper

Décoré de la Distinguished Service Cross

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec5 Howard C DEMPSEY

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Corp. Charles M CRAWFORD

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Corp. David BALL

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Pfc Gordon BRYANT

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Tec5 Melvin E BUTLER

48th Tank Battalion

Tué au combat à Gertwiller le 27 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

Lt. Robert KAUFMAN
48th tank battallion.jpg
Corp. Vincente M ARRIOLA

48th Tank Battalion

Tué au combat à Barr le 28 novembre 1944

Décoré du Purple Heart

 

Le monument provisoire

Le premier monument inauguré en 1922 fut détruit par les nazis en 1940 : l’occupant qui s’était installé pour 1000 ans, avait décidé que tout ce « bazar français » devait disparaître une bonne fois pour toute.

 

Fort heureusement, le règne nazi prit fin avant l’échéance des 1000 ans avec la capitulation de l’Allemagne et un monument provisoire fut immédiatement érigé en lieu et place de l’ancien monument dès la fin des hostilités.

L'une des dernières cérémonies au monument aux morts provisoire en 1953

1953 monument aux morts.jpg

Le nouveau Monument aux Morts

En février 1948 fut constitué un comité en vue d'un nouveau mémorial pour les deux guerres qui prendrait place dans le square « Jardin Kohler », Avenue des Vosges. Ce comité pléthorique groupait 38 notabilités.

Le projet mis au concours fut doté de trois prix de 40,000, 30.000, 20.000 francs. Le sujet ne devait pas être militaire. Le coût de 3 millions serait couvert par souscription publique et le produit de fêtes champêtres.

Les 14 projets furent exposés à la mairie et soumis à un référendum où la participation fut médiocre: 438 votants, soit 19 % des inscrits, Le projet n° 8, présenté par l'architecte Caspar et le marbrier Méon recueillit le plus de voix. Le comité l'adopta définitivement en juillet 1949.

Il fut exécuté tel qu'il est aujourd'hui : dominant une sorte de vasque, une pyramide tronquée en granit poli, portant les mots PAX - A nos morts.

L'inauguration eut lieu le 29 novembre 1953 en présence de : du Préfet Paul Demange, du sous-préfet Grettner, du général Pique-Aubrun gouverneur militaire de Strasbourg, du Dr. Gillmann vice-président du conseil général et maire d’Obernai, du conseiller général Léon Naegell maire de Nothalten, du Maire Paul Degermann, du conseil municipal et de nombreuses personnalités et représentants des associations.

Après les discours des officiels, la flamme du souvenir fut allumée par le Préfet, la Sonnerie aux Morts retentit et la Marseillaise fut jouée. L’harmonie chorale chanta et les enfants des écoles déclamèrent des poèmes.

Un détachement et la clique du 152e R.I., la Musique municipale et le Corps des sapeurs-pompiers ont également participé à l’émouvante cérémonie inaugurale et au défilé qui s’est achevé par un vin d’honneur servi dans la grande salle des fêtes de la mairie avec la participation des «poilus» de 14-18.

Sa valeur artistique est assez faible et une notabilité du Comité, Mme Degermann-Simon, le dit à l'époque en regrettant que Barr ait manqué l'occasion d'accueillir une oeuvre d'art.

Mais un tel monument est riche d'autres valeurs: il concrétise la piété reconnaissante à l'adresse de pauvres innocents immolés pour le bien de tous et l'aspiration des générations postérieures à vivre et à travailler dans l'honneur et la paix.

1953 construction monument aux morts.jpg

La contruction des fondations du nouveau monument

1953 année 53.jpg

L'inauguration le 29 novembre 1953

Un référendum populaire pour le Monument aux Morts

 

Le projet d’érection d’un nouveau monument aux morts fit couler beaucoup d’encre et de salive dans le landernau barrois !

Tout d’abord nous relevons que le conseil municipal de l’époque s’est largement dédouané de cette épineuse question lors de sa séance du 3 février 1948 en confiant le projet à un comité chargé de piloter le projet.

Ce comité pour le moins pléthorique, placé sous la présidence du Maire Degermann, regroupait 38 membres représentatifs du microcosme barrois (industriels, commerçants, représentants des cultes, représentants des associations patriotiques, etc…), et qui de part leur représentativité aurait dû être en mesure de proposer et conduire un projet susceptible de recueillir l’assentiment d’une large majorité de la population.

Le choix de l’emplacement se fit de concert entre l’architecte urbaniste Caspar chargé du nouveau plan d’aménagement de la ville, la municipalité et le Comité.

Après un an de réflexion, le Comité proposa au conseil municipal d’organiser un concours ouvert à tous les artistes et hommes de l’art, et de soumettre l’ensemble des projets à la population qui se prononcerait sur le choix final du projet à l’occasion d’un référendum à valeur consultative.

Le référendum eut lieu le samedi 9 juillet de 14h à 18h et le dimanche 10 juillet 1949 de 8h à 12h de 14h à 18h et les maquettes des 14 projets furent exposées anonymement dans la grande salle de la Mairie.

Après dépouillement, le projet N°8 intitulé « Pax I » avait recueilli la majorité des suffrages au référendum (137 voix / 438 bulletins), mais le jury du Comité avait une préférence pour les projets N°7 (Le classique) et N°9 (Vision) qu’il avait classés 1er ex æquo, devant les projets N°10 (Pax II) et N°11 (Liberté), une mention « honorable » étant décernée au N°8 qui n’entrait pas dans le quatuor de tête !

Rappelons à cet égard que seulement 3 projets devaient être primés par le jury selon le règlement du concours !

En outre, le bulletin municipal N°28 de juillet révèle que le choix de l’emplacement lui-même a fait l’objet de vives critiques, certains préférant le voir ériger à son emplacement initial devant l’hôpital, alors même que ce choix avait été communiqué aux Barrois dès le mois de janvier 1949 sans soulever la moindre observation de leur part.

Finalement c’est lors de la séance du Conseil Municipal du 15 juillet 1949 que le Comité du Monument aux Morts a choisi le projet qui serait finalement retenu.

En premier lieu, le Maire a déploré la trop faible participation des Barrois à cette consultation populaire et l’absence de 14 de membres du Comité alors même que le sujet principal de la séance était le choix final du projet.

Visiblement, le comité, n’était pas très enclin à accepter le verdict de la consultation populaire et les discussions se sont éternisées avant qu’il soit décidé de procéder à un scrutin à bulletins secrets à 4 tours.

Au premier tour, c’est le projet N°7 qui arrive en tête mais il ne recueille que 12 voix.

Un second tour est donc nécessaire auquel les projets N°7 et N°8 obtiennent chacun 12 voix.

C’est finalement au troisième tour, que le projet N°8 recueille la majorité absolue des suffrages avec 13 voix contre 11 pour le projet N°7.

Le Maire ouvrit ensuite les plis cachetés qui contenaient les noms des participants au concours révélant que le projet N°8 avait été proposé par l’architecte Caspar et le marbrier Méon.

 

Un heureux hasard s’il en est, puisque d’une part le choix de la population a fini par l’emporter et que d’autre part c’est un marbrier barrois et l’architecte départemental en charge de l'aménagement de la Ville de Barr qui ont été retenus pour la réalisation du monument, mais il s’en est fallu de peu !

 

La question du financement n’étant pas encore entièrement résolue, il fallut encore attendre 4 années pour que le monument soit érigé avec quelques modifications mineures et c’est le 29 novembre 1953, date anniversaire de la libération de Barr, qu’il fut officiellement inauguré par le Maire Paul Degermann.

 

En 2009, le site fut réaménagé et le monument a été réorienté vers la ville et le Kirchberg. Une plaque commémorative rappelle également le sacrifice des tankistes du 48e Bataillon de chars US.

Barr Monuments aux morts - 29 11 1953.jpg
20191117_152630.jpg

Cérémonie au Monument aux Morts en 1984 en présence du Maire Marcel Krieg et du Conseiller Général Guy Sautter 

P 84-6.jpg

Le monument réorienté en 2009

Plaque 48e Tk Bn.jpg

La plaque commémorative des combats de la libération